1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fonte de la banquise en Antarctique : tout a basculé en 2014 et on ignore pourquoi
Le Parisien02/07/2019 à 11:08

Fonte de la banquise en Antarctique : tout a basculé en 2014 et on ignore pourquoi

La banquise de l'Antarctique, après s'être mystérieusement étendue pendant des décennies, se rétrécit à toute vitesse depuis 2014, année charnière pour le continent. Elle a perdu en quelques années une superficie équivalente à quatre fois la France.« En trois ans seulement, l'Antarctique a perdu autant de banquise que l'Arctique (en 40 ans) », explique Claire Parkinson, climatologue de la Nasa, qui a publié lundi dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) une étude analysant les variations de la banquise antarctique de 1979 à 2018.Les scientifiques savaient déjà que l'Antarctique fondait de plus en plus vite, tout comme l'Arctique, à cause du déversement accéléré des glaciers, ces rivières de glaces poussées lentement vers les rives. Mais pendant des décennies, ils observaient un phénomène à la fois rassurant et intriguant : la superficie de la banquise, c'est-à-dire la glace qui flotte sur l'océan, grandissait.Diverses hypothèsesClaire Parkinson, au centre spatial Goddard de la Nasa, près de Washington, a reconstitué l'histoire la plus précise de cette banquise antarctique, en reprenant et analysant les données de cinq satellites successifs de la Nasa et du Pentagone, qui ne regardent pas les volumes mais seulement l'étendue, grâce à une mesure des rayonnements (micro-ondes) émis par la glace.Bien sûr, la banquise fondait l'été (janvier-mars) et se reformait l'hiver (juillet-septembre). Mais la couverture avait tendance à grandir au fil du temps, dans toutes les saisons. Il s'est passé quelque chose après 2014. Chaque année voit désormais moins de banquise se former, beaucoup moins.En 2014, la banquise antarctique était à son maximum jamais enregistré depuis 1979. En 2017, elle était au minimum. La perte dépasse deux millions de kilomètres carrés. La tendance continue apparemment en 2019, dit la climatologue.Les scientifiques ne savent pas pourquoi la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer