Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiscalité: la Belgique ne veut pas être un "bouc émissaire"

Reuters17/12/2012 à 12:24

LA BELGIQUE NE VEUT PAS ÊTRE UN "BOUC ÉMISSAIRE" APRÈS L'AFFAIRE GÉRARD DEPARDIEU

PARIS (Reuters) - La Belgique ne "comprend" pas que la France trouve en elle un "bouc émissaire" après que l'acteur Gérard Depardieu a dit renoncer à la nationalité française pour des raisons fiscales, a déclaré lundi le ministre belge des Affaires étrangères.

Il a invité les autorités françaises à faire leur autocritique sur leur législation en la matière, qui explique "peut-être" d'après lui de tels choix de la part des grandes fortunes françaises.

"Nous ne comprenons pas cette façon de trouver un bouc émissaire en disant qu'il y a un pays voisin où les Français vont se réfugier", a dit Didier Reynders sur RTL.

"Il n'y a eu aucune mesure prise en Belgique pour attirer un quelconque citoyen français. Il y a eu une évolution du système fiscal français, qui a peut-être des conséquences, mais ce n'est pas de notre responsabilité. C'est aux autorités françaises de faire l'analyse", a-t-il ajouté.

La Belgique n'impose ni la fortune, ni les plus-values sur le patrimoine privé, ce qui en fait un havre fiscal pour certains contribuables français, même si l'imposition des revenus du travail y est beaucoup plus élevée qu'en France.

Le ministre belge des Affaires étrangères a dit lundi souhaiter une harmonisation fiscale européenne. "Mais cela ne veut pas dire que tous les pays européens vont s'aligner sur les décisions prises à Paris", a-t-il précisé.

Le gouvernement français a notamment instauré une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu à 45 % et décidé de prélever 75% de la part des revenus supérieure à un million d'euros par an, pour une période de deux ans. Une mesure pour laquelle il n'y a "aucune majorité" en Belgique, a estimé lundi Didier Reynders.

La France entend revoir les conventions fiscales avec les Etats membres de l'Union européenne, dont la Belgique, pour éviter l'exil des Français vers des cieux plus cléments, a déclaré vendredi François Hollande.

L'installation de Gérard Depardieu dans la ville frontalière de Nechin a suscité de vives critiques de la part du gouvernement socialiste. Le Premier ministre l'a ainsi qualifiée de "minable", poussant l'acteur à lui répondre dans le Journal du dimanche.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.