1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiona : le cas de la mère étudié par la cour d'appel de Riom
Le Point17/12/2013 à 19:46

L'affaire Fiona revient sur le devant de la scène judiciaire. L'avocat de Cécile Bourgeon, Gilles-Jean Portejoie, plaidera aujourd'hui à huis clos et sans la principale intéressée devant la cour d'appel de Riom (Puy-de-Dôme) pour demander l'annulation de la mise en examen supplétive de sa cliente pour "coups mortels aggravés". "Il n'y a rien dans le dossier qui atteste d'une quelconque violence vis-à-vis de sa fille", assure Me Portejoie.Cécile Bourgeon, 26 ans, était dans un premier temps poursuivie pour quatre délits, dont "recel de cadavre" et "non-assistance à personne en danger". Des chefs d'inculpation qui relèvent de la correctionnelle et de cinq ans de prison maximum. Avec sa mise en examen pour coups mortels aggravés, demandée par le parquet de Clermont-Ferrand en octobre dernier à la suite des déclarations de son compagnon Berkane Maklouf, la mère de l'enfant est devenue passible de la cour d'assises.Entendue pendant quatre heuresLors des précédentes confrontations, les deux protagonistes de l'affaire, actuellement tous les deux incarcérés, se sont renvoyé la responsabilité de la mort de la fillette et se sont surtout montrés incapables d'indiquer aux enquêteurs ce qu'ils avaient fait du corps de la fillette. D'un côté, la mère assure que Maklouf a frappé Fiona à mort, en mai dernier. Le beau-père de la fillette, lui, a évoqué un accident domestique et des coups portés par la maman, la veille de sa mort.

Lundi matin, la...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer