Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Financement libyen: Takieddine entendu au Liban par des magistrats français
AFP14/01/2021 à 15:58

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine arrive au palais de justice à Paris le 7 octobre 2019 ( AFP / Bertrand GUAY )

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine arrive au palais de justice à Paris le 7 octobre 2019 ( AFP / Bertrand GUAY )

L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine était entendu jeudi à Beyrouth par des magistrats français ayant fait le déplacement, dans le cadre de l'affaire du supposé financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a indiqué une source judiciaire.

M. Takieddine, qui a multiplié les revirements depuis le début de cette affaire en 2012, avait mis en cause l'ancien chef de l'Etat français avant de faire volte-face en novembre. Egalement visé par un mandat d'arrêt émis par la justice française pour une autre affaire, M. Takieddine vit au Liban depuis cet été.

Depuis plusieurs heures jeudi matin à Beyrouth, il était entendu par deux juges d'instruction et un procureur financier français, a indiqué à l'AFP une source judiciaire libanaise.

L'audition, dans une salle de la Cour de cassation, se déroulait en présence d'un avocat de M. Takieddine et d'un procureur libanais qui supervisait la séance, a précisé cette source.

"Ca a commencé ce matin. Ca se passe bien", a confirmé à l'AFP l'avocate française de M. Takieddine, Me Elise Arfi, qui n'a pas pu se rendre à Beyrouth.

A la suite de sa volte-face dédouanant M. Sarkozy, le 11 novembre dans Paris Match et sur BFM TV, M. Takieddine avait été convoqué pour une audition le 25 novembre à Paris devant les juges d'instruction, mais il ne s'était pas présenté.

En décembre, il avait accusé différents magistrats instructeurs de l'avoir incité à mettre en cause l'ancien président français, des déclarations qualifiées d'"affabulations" par les juges.

Ziad Takieddine à Paris le 7 octobre 2019 ( AFP / Bertrand GUAY )

Ziad Takieddine à Paris le 7 octobre 2019 ( AFP / Bertrand GUAY )

M. Sarkozy et l'ancien ministre Claude Guéant, déjà poursuivis depuis plusieurs années dans cette affaire, ainsi qu'un autre ancien ministre, Brice Hortefeux, ont été récemment mis en examen pour une nouvelle qualification pénale, "association de malfaiteurs".

L'enquête a été ouverte après la publication par Mediapart en 2012, dans l'entre-deux tours de la présidentielle, d'un document censé prouver que la campagne de M. Sarkozy avait été financée par le régime de Mouammar Kadhafi.

M. Takieddine, 70 ans, s'est enfui à Beyrouth après avoir été condamné en juin en France à cinq ans de prison dans le cadre de l'affaire Karachi sur des commissions occultes liées à des contrats d'armement avec Ryad et le Pakistan, dont une partie a contribué à financer la campagne présidentielle malheureuse d'Edouard Balladur en 1995.

str/tgg/awa

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7163258
    14 janvier16:41

    Xophe3 si c'était le cas il y a bien longtemps qu'il ne serait plus de ce monde!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer