1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fin de partie pour l'avion lorrain
Reuters16/04/2013 à 15:13

LA SOCIÉTÉ SKY AIRCRAFT MISE EN LIQUIDATION JUDICIAIRE

STRASBOURG (Reuters) - La société Sky Aircraft, qui développait depuis 2009 en Lorraine un avion biturbopropulseur capable d'emporter 19 passagers ou trois tonnes de fret, a été mise en liquidation judiciaire mardi par le tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle);

L'arrêt de l'activité prend effet immédiatement, a-t-on appris auprès du tribunal.

Filiale de Geci International, une entreprise aéronautique cotée en bourse, la société lorraine employait encore 113 personnes après en avoir compté jusqu'à 220 sur l'ancienne base aérienne de Chambley où elle était installée.

Sky Aircraft avait été placée en redressement judiciaire le 4 octobre 2012 alors qu'elle venait de terminer les études de l'avion Skylander et devrait démarrer la phase d'industrialisation. Elle affichait alors un passif de 110 millions d'euros.

En juillet 2012, le gouvernement français avait promis à Sky Aircraft une aide de 60 millions d'euros, moitié via le Fonds stratégique d'investissement (FSI), moitié via le grand emprunt pour les investissements d'avenir, à condition que l'entreprise s'adosse à un partenaire industriel.

Après son placement en redressement judiciaire, Hong Kong Aero Technology, une société chinoise dirigée par un Français avait fait une offre de reprise en partenariat avec Avic, premier avionneur chinois, mais les 10 millions d'euros requis par le tribunal ne sont jamais arrivés en Lorraine.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • balthaz
    16 avril14:49

    ceux qui crient au scandale, et à la haute technologie sacrifiée, auraient certainement hurlés(à juste titre pour une fois) si quelques deniers publics avaient été injectés dans cette société.GECI après avoir fait quelques économies, laisse tomber sa filiale, gageons que les brevets ne sont pas perdus pour tout le monde.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer