Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Fin de la visite de Kofi Annan en Syrie sans progrès réels

Reuters12/03/2012 à 11:02

FIN DE LA VISITE DE KOFI ANNAN EN SYRIE SANS PROGRÈS RÉELS

par Dominic Evans

BEYROUTH (Reuters) - L'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe, Kofi Annan, a achevé dimanche deux journées d'entretiens avec Bachar al Assad sans obtenir de progrès significatifs sur une issue aux violences qui se poursuivent depuis un an en Syrie.

Avant de quitter Damas et après deux entrevues avec chef de l'Etat syrien, samedi et dimanche, l'ancien secrétaire général des Nations unies s'est déclaré "optimiste". "La situation est si mauvaise et si dangereuse qu'aucun de nous ne peut se permettre d'échouer", a-t-il estimé.

Cette mission de bons offices n'a toutefois pas répondu aux espoirs qui étaient placés en elle, Annan n'ayant pas reçu de réponse du président syrien sur les "mesures concrètes" présentées lors des discussions.

L'émissaire souhaitait l'instauration d'un cessez-le-feu, l'ouverture d'un accès humanitaire, la libération des prisonniers et l'entame d'un dialogue politique.

Pour Assad, ces demandes ne peuvent être acceptées car, selon lui, l'opposition à son régime est le fait de "terroristes" avec lesquels aucune solution politique n'est possible.

Les efforts diplomatiques se poursuivent lundi avec la rencontre prévue à New York entre la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, et son homologue russe Sergueï Lavrov alors que le Conseil de sécurité de l'Onu doit entendre une communication sur le "printemps arabe".

Vieille alliée des Syriens, la Russie s'oppose en compagnie de la Chine à toute résolution condamnant la répression menée par les troupes gouvernementales qui a fait plusieurs milliers de morts civils.

Chinois et Russes souhaitent que la condamnation soit répartie équitablement entre les deux camps, a expliqué le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Ming, dimanche, à Ryad.

Zhang a également mis en garde contre la tentation de certains Etats "d'interférer" dans les affaires intérieures de la Syrie.

RYAD VEUT ARMER L'OPPOSITION

Le prince Saud al Fayçal, ministre saoudien des Affaires étrangères, a répété pour sa part son souhait de voir les combattants de l'opposition syrienne équipés en armes. Cet engagement logistique est le seul moyen, selon lui, de mettre fin au conflit.

"Le régime syrien est engagé dans le massacre de ses propres citoyens", a-t-il affirmé après des entretiens avec Guido Westerwelle, chef de la diplomatie allemande.

"Nous ne pouvons pas accepter la poursuite complètement déraisonnable d'atrocités perpétrées par le régime d'Assad contre son peuple", a reconnu Westerwelle.

Les estimations de l'Onu avancent le nombre de 7.500 tués dans la répression militaire tandis que les autorités affirment que 2.000 membres de forces de sécurité ont trouvé la mort depuis le début de l'insurrection.

Malgré la visite de Kofi Annan, le régime syrien a poursuivi son offensive militaire contre des bastions de l'opposition dans le nord-ouest du pays.

Trois militaires et un civil ont péri dimanche matin dans des combats dans le village de Djanoudiah, dans la province d'Idlib, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Quatre personnes ont également été tuées dimanche dans la ville d'Idlib au lendemain de l'entrée des chars et des fantassins de l'armée, d'après des activistes.

L'agence officielle Sana rapporte que des "terroristes" ont abattu un ancien champion de boxe, Ghiath Tayfour, à Alep, deuxième ville de Syrie, et ont également tué un membre important du parti Baas dans la province de Homs.

Selon l'OSDH, 39 civils, dont 25 dans la province d'Idlib, ont été tués samedi, ainsi que 39 rebelles et 20 militaires pour un bilan total de 98 morts.

Pierre Sérisier pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.