Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fillon parle de "double bêtise" sur les heures supplémentaires

Reuters17/07/2012 à 11:26

FILLON PARLE DE "DOUBLE BÊTISE" SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

PARIS (Reuters) - La suppression de l'exonération de charges sociales sur les heures supplémentaires dans les entreprises de plus de 20 salariés est une "très très mauvaise nouvelle" et une "double bêtise", a jugé mardi l'ex-Premier ministre UMP François Fillon.

Cette refiscalisation des heures supplémentaires, promesse électorale du nouveau président de la République, François Hollande, est une des dispositions du projet de loi de finances rectificative actuellement examiné par le Parlement.

La droite, aujourd'hui dans l'opposition, tire à boulets rouges sur le détricotage d'une des mesures phare du quinquennat de l'ex-président Nicolas Sarkozy.

"C'est vraiment une double bêtise", a déclaré François Fillon sur France 2. "D'abord c'est une bêtise pour l'économie française qui a besoin de souplesse. On rigidifie une économie qui est déjà plus rigide que toutes les autres économies européennes, donc c'est vraiment le contraire de ce qu'il faudrait faire en temps de crise."

"Et puis, deuxièmement, c'est neuf millions de salariés qui auront du pouvoir d'achat en moins", a-t-il ajouté.

La défiscalisation des heures supplémentaires a été une des premières mesures prises par Nicolas Sarkozy et François Fillon en 2007, pour vider de sa substance la semaine de travail de 35 heures mise en place par le gouvernement de gauche de Lionel Jospin (1997-2002).

"Ça fait 30 ans que les socialistes pensent que c'est en partageant le travail qu'on améliore la situation économique du pays, ça fait 30 ans que les faits les démentent tous les jours", a commenté François Fillon.

Son ancien ministre du Travail, Xavier Bertrand, a récusé un des arguments mis en avant par le nouvel exécutif socialiste pour justifier la refiscalisation des heures supplémentaires.

"Quand on nous dit que les heures supplémentaires ont pris le travail des demandeurs d'emploi, qu'on me dise exactement combien cette mesure va créer d'emplois", a-t-il dit sur RTL. "Je n'aurai pas la réponse parce que ça ne créera aucun emploi."

"Aujourd'hui, malgré la crise, il y a des entreprises qui embauchent, il y a aussi des entreprises qui ont des carnets de commandes pleins et donc qui ont besoin de faire faire des heures en plus à leurs salariés", a-t-il ajouté. "Ceux qui font des heures supplémentaires ne volent le travail de personne."

Un autre ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo, a aussi critiqué sur France-Info la refiscalisation des heures supplémentaires.

"Huit millions de Français, travailleurs, qui bénéficiaient ou bénéficient encore à cette heure-ci de cet avantage, ce n'est pas les grandes fortunes, ce n'est pas le patrimoine financier. C'est donc difficile pour ces salariés", a déclaré le président du Parti radical.

En revanche, le secrétaire général de la CGT a salué sur Europe 1 la suppression de l'exonération de charges sur les heures supplémentaires au nom de la défense de l'emploi.

"Je ne suis pas sûr que ce soit plus d'emploi", a dit Bernard Thibault. "Ce qui est sûr c'est qu'en ayant recours à davantage d'heures supplémentaires avec une mécanique d'incitation financière de la part de l'Etat (...) ça n'est pas neutre du point de vue de l'emploi."

Emmanuel Jarry


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.