Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fillon et Copé négocient une sortie de crise à l'UMP

Reuters03/12/2012 à 20:59

FRANÇOIS FILLON ET JEAN-FRANÇOIS COPÉ TENTENT DE TROUVER UN ACCORD

PARIS (Reuters) - François Fillon et Jean-François Copé se sont rencontrés en tête-à-tête à deux reprises lundi pour tenter de trouver un compromis sur les modalités d'un nouveau vote pour la présidence de l'UMP, deux semaines après l'élection contestée.

Partisans de l'ancien Premier ministre et du président proclamé de l'UMP se veulent optimistes sur les chances de succès de cette négociation de la dernière chance, à la veille de l'officialisation annoncée du "Rassemblement-UMP" ("R-UMP", 72 membres), le groupe dissident de François Fillon à l'Assemblée nationale.

Christian Jacob, le chef de file des députés UMP, ainsi que plusieurs responsables du parti, ont lancé un appel à l'unité pour éviter à l'opposition "le ridicule" d'une scission "mortifère" dans l'hémicycle face à la majorité de gauche.

Jérôme Chartier, l'un des porte-parole de François Fillon, a déclaré que les rivaux, dont l'inimitié a éclaté à la faveur de la crise, faisaient preuve de "bonne volonté".

Ils se sont parlé lundi en fin de matinée dans le bureau du député de Paris, à l'Assemblée, pendant un peu plus d'une heure, et ont repris le dialogue vers 18h45 au même endroit.

"Au moins il y a un progrès, ils se parlent", a commenté l'ancien ministre Luc Chatel, partisan de Jean-François Copé.

Pour Jérôme Chartier, "c'est mieux qu'un groupe de travail, c'est une discussion directe. (...) L'objectif, c'est d'aller vite".

UN DÉLAI "RAISONNABLE"

Le député "filloniste" a toutefois précisé que "si les conditions le nécessitaient", les deux hommes poursuivraient les discussions au-delà de l'ultimatum théorique de mardi, dont, assure-t-il, Nicolas Sarkozy ne fait pas une date-butoir.

L'ancien président, que ses proches décrivent comme "excédé", a enjoint vendredi aux deux adversaires de sortir de l'impasse dans les meilleurs délais.

Leurs positions paraissent pourtant irréconciliables sur le calendrier requis.

L'ex-secrétaire général de l'UMP, qui se juge légitimement élu pour trois ans, propose de remettre son mandat en jeu après les élections municipales de 2014 alors que l'ex-Premier ministre, qui conteste un vote selon lui entaché d'irrégularités, juge cette échéance trop lointaine. Un délai de trois mois maximum est évoqué.

Jean-François Copé prône toujours un référendum - option écartée par les fillonistes - qui porterait à la fois sur la réélection du président et une réforme des statuts du parti créé en 2002.

"Le délai doit être raisonnable", a déclaré Bernard Accoyer sur BFM TV. "Se mettre d'accord sur le vote, ça paraît être fait, se mettre d'accord sur la date, c'est urgent", a ajouté l'ancien président de l'Assemblée, soutien de François Fillon.

Luc Chatel convient de la nécessité d'une solution d'urgence.

"Nous sommes capables en quelques mois de reconquérir le c?ur des Français. Si au contraire demain le groupe éclate en direct, dans six mois vous aurez un deuxième parti", a-t-il expliqué sur Radio Classique. "Dans quatre ans, vous aurez deux candidats à la présidentielle, et au deuxième tour de la présidentielle, vous aurez Marine Le Pen".

Sophie Louet, Emile Picy, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.