Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Fillon accuse implicitement Hollande de manoeuvre contre l'UMP

Reuters28/05/2015 à 20:11

* Il soupçonne Jouyet d'avoir été en "service commandé" * Il dit ne jamais avoir évoqué les "affaires" * Un troisième participant au déjeuner va dans son sens (Actualisé avec détails) par Chine Labbé PARIS, 28 mai (Reuters) - François Fillon a implicitement accusé jeudi François Hollande d'avoir ourdi un machination politique en faisant courir la thèse que l'ancien Premier ministre avait demandé à l'Elysée d'accélérer le cours de la justice contre Nicolas Sarkozy. Le député de la capitale, qui poursuit le secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet, et deux journalistes du Monde pour diffamation, a déclaré devant le tribunal correctionnel de Paris avoir la conviction que le bras droit du président français était en "service commandé" quand il a fait état d'une telle démarche, qui aurait eu lieu au cours d'un déjeuner. "Je n'accepte pas une telle salissure dont je ne conçois que trop les motifs", a dit François Fillon, qui a parlé d'une "opération" visant à le "décrédibiliser" et à "semer la zizanie" dans sa famille politique. Jean-Pierre Versini-Campinchi, avocat de l'ancien Premier ministre, a été explicite, citant le nom Francois Hollande. "C'est une affaire d'Etat", a-t-il déclaré à l'audience. "Monsieur Jouyet est le premier commis de la République, donc il ne peut pas être un plaisantin." Dans leur livre "Sarko s'est tuer", les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme --présents jeudi à l'audience-- affirment que lors d'un déjeuner, le 24 juin 2014, François Fillon a demandé à Jean-Pierre Jouyet de "taper vite" sur Nicolas Sarkozy pour ne pas le "laisser revenir" en politique. Une partie de leur conversation avec Jean-Pierre Jouyet en septembre 2014 à l'Elysée a été diffusée à l'audience. On entend sur cet enregistrement le secrétaire général de l'Elysée, ami intime de François Hollande depuis 40 ans, dire de ses interlocuteurs qu'ils sont "bien informés", et ajouter : "en gros son machin c'était de dire 'mais tapez vite! Tapez vite." "AUCUN SENS" Les journalistes du Monde, qui disent avoir eu écho de la conversation Fillon-Jouyet par le biais d'une source à l'UMP, maintiennent leur version des faits. François Fillon a totalement démenti cette version. "J'aurais été remettre mon destin et mon honneur entre les mains de mes adversaires politiques ? Ça n'a aucun sens", a poursuivi l'ancien Premier ministre. Pendant ce déjeuner avec Jean-Pierre Jouyet, "nous avons parlé de l'Europe, nous avons parlé de la nomination de Jacques Toubon au poste de défenseur des Droits, nous avons parlé de la situation économique", a-t-il dit. "A aucun moment nous n'avons évoqué des affaires." Il a rappelé que l'une des affaires qui aurait été évoquée, à savoir la prise en charge par l'UMP des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy après l'invalidation des comptes de sa campagne présidentielle de 2012, "n'existait pas" au moment du déjeuner. C'est le 2 juillet 2014 que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur ce dossier. Un troisième participant au déjeuner, Antoine Gosset-Grainville, successivement directeur adjoint de cabinet de François Fillon à Matignon et bras droit de Jean-Pierre Jouyet à la Caisse des dépôts, a soutenu la version du député UMP. "Il n'y a pas eu de demande d'intervention, et le sujet des affaires n'a pas été évoqué", a-t-il dit à l'audience, où il était entendu comme témoin. Jean-Pierre Jouyet n'était pas présent au tribunal, et l'Elysée s'est refusé jeudi à tout commentaire sur ce dossier. Après un démenti, le secrétaire général de l'Elysée avait dit avoir parlé, lors du déjeuner avec François Fillon, de certaines affaires pouvant éclabousser l'ancien chef de l'Etat. (avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8469310
    28 mai11:52

    aux échecs: Fillon le plus propre de la Bande, mat en deux coup. Mais qui joue en face?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.