Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiat-Chrysler : le roi Sergio Marchionne est mort
Le Point25/07/2018 à 12:09

Décrocher un rendez-vous avec l'administrateur délégué du groupe Fiat constituait à la fois un bon coup journalistique - l'homme ne donnait que de rares interviews -, et une expérience tout à fait périlleuse pour la santé. Sergio Marchionne considérait son bureau, perché au quatrième étage du Lingotto, siège social de Fiat et ancienne usine historique du groupe à Turin, comme son fief, et, en son domaine, le roi Marchionne s'adonnait à sa passion en toute liberté : fumer des cigarettes à la chaîne ? et des longues, des Murratti 100s'. Le big boss de Fiat avait ses habitudes, il n'était pas question qu'il y déroge pour le bien-être de ses visiteurs ou pour se conformer à une quelconque réglementation en vigueur. Idem pour son uniforme de travail. C'est ainsi qu'on le retrouvait toujours, dans les usines du Lingotto, ou dans les cérémonies officielles, en pantalon noir, chemise, et gros pull noir en laine. « Ses habits de moine », rigolait-t-il. Une dégaine inhabituelle pour le patron d'un grand constructeur automobile, italien de surcroît?

De tout cela, la famille Agnelli ne lui a jamais tenu rigueur. Car les propriétaires du groupe automobile Fiat lui doivent tout ou presque? Quand l'homme au pull-over arrive en 2004 à la tête de Fiat, la société est au bord de la faillite, a enregistré une perte de 1,6 milliard d'euros, est étranglée par une dette de 14 milliards d'euros. En 2017, dernière année d'exercice...

Lire la suite sur Le Point.fr

Valeurs associées

MIL 0.00%
MIL -0.87%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer