Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Feu vert du parlement français à l'accord avec la Grèce

Reuters15/07/2015 à 18:24

* La France est le premier pays à approuver l'accord * Le Premier ministre estime que la crise aurait pu être fatale * Valls s'en prend à Schäuble et à Sarkozy (Actualisé avec vote, Valls, débat) PARIS, 15 juillet (Reuters) - Le parlement français a approuvé mercredi l'accord conclu entre Athènes et ses créanciers pour ouvrir des négociations sur un nouveau plan d'aide à la Grèce, un geste symbolique voulu par le gouvernement pour donner une impulsion au processus. Le vote des députés et sénateurs français, qui sont les premiers dans la zone euro à se prononcer sur le compromis conclu lundi à l'issue de tractations dramatiques, n'était en effet pas obligatoire, contrairement à ce qui se passera dans des pays comme l'Allemagne, la Finlande, l'Estonie, la Lettonie, la Slovaquie ou l'Autriche, très réticents envers cette aide. "Votre responsabilité, c'est d'indiquer le chemin", a déclaré le Premier ministre Manuel Valls, quelques heures avant le vote par le parlement grec des mesures d'austérité préalables à l'ouverture des négociations sur l'octroi d'une aide allant de 82 à 86 milliards d'euros et sur un allègement de la dette. L'Assemblée a donné son feu vert par 412 voix contre 69 et la majorité a été aussi écrasante au Sénat - 260 contre 23. Le gouvernement a ainsi voulu que la France continue à jouer le rôle de "sauveur" de la Grèce endossé depuis le début de la crise par François Hollande face aux pays qui envisageaient froidement une sortie de la Grèce de la zone euro. "L'Europe a su surmonter une crise qui aurait pu lui être fatale", a dit Manuel Valls à la tribune de l'Assemblée. "Abandonner la Grèce, c'est nous abandonner nous-mêmes." Il a énuméré les risques que courait la Grèce, menacée de faillite sans injection de fonds, avec les conséquences géopolitiques que cela implique, mais aussi la zone euro, qui aurait emprunté selon lui la pente de la dislocation. "FAIRE CONFIANCE A UN PAYS AMI" A ceux qui doutent des engagements du gouvernement grec de gauche radicale désormais menacé d'implosion, Manuel Valls a estimé qu'il fallait faire "un peu confiance à un gouvernement d'un pays ami" dont le Premier ministre Alexis Tsipras a fait preuve de "courage" en acceptant des réformes impopulaires. "Cet accord, ce n'est pas un chèque en blanc, justement parce que nous demandons beaucoup à la Grèce, non pour la punir mais pour l'accompagner dans un redressement indispensable", a expliqué le chef du gouvernement français à l'adresse d'une opposition de droite pour le moins sceptique. Il a d'ailleurs promis que la dette grecque serait allégée, ce qui doit encore être négocié. ID:nL5N0ZV3JR A ceux qui, à gauche, y compris au sein du Parti socialiste, estiment que l'on a humilié le peuple grec en lui imposant une nouvelle cure d'austérité, il les a avertis qu'ils "pourraient faire en réalité le malheur des Grecs malgré eux". Si Manuel Valls a rendu hommage à la solidité du couple franco-allemand malgré les "sensibilités" différentes de François Hollande et Angela Merkel, il a vivement critiqué, sans le nommer, le ministre allemand des Finances. L'idée d'un "Grexit" temporaire défendue à Bruxelles par Wolfgang Schäuble est "absurde et dangereuse", a-t-il dit. Ses piques les plus féroces ont été réservées à l'ancien président Nicolas Sarkozy, dont les positions ont varié pendant la crise et qui, quelques heures avant l'accord, appelait dimanche à Bruxelles François Hollande à se "ressaisir" pour maintenir l'unité du couple franco-allemand. Manuel Valls a fustigé ceux qui "espéraient la dislocation du couple franco-allemand pour des raisons de politique intérieure" et qui "zigzaguent". "FANATISME AUSTERITAIRE" Pour le Premier ministre, il convient pour éviter de nouvelles crises d'approfondir l'intégration de la zone euro, notamment en parvenant à une harmonisation économique, fiscale et sociale, vieille revendication française. Si l'accord de lundi a été largement approuvé, presque tous les groupes politiques se sont divisés, seul le groupe Front de gauche étant radicalement contre le pré-accord de lundi dernier. Son président André Chassaigne (PC), qui a accusé les institutions européennes "de fanatisme austéritaire", a appelé à voter "contre ce projet d'accord, contre ce coup d'Etat institutionnel qui ne vise qu'à mettre un peuple à genoux". Christian Jacob, le chef du groupe Les Républicains, où la liberté de vote avait été décrétée, a appelé à un "oui de vigilance", tant il est vrai que de nombreux obstacles restent à franchir dans les semaines qui viennent. "Ce qui commence maintenant n'est sans doute que le début d'une histoire, qu'un chemin plus douloureux pour Athènes", a-t-il dit en estimant que François Hollande avait voulu "faire de la politique intérieure sur un sujet d'importance". Comme son homologue centriste Philippe Vigier, Christian Jacob a demandé que les textes issus des négociations sur le futur plan d'aide soient soumis au parlement pour ne pas se retrouver avec des accords de cette importance conclus par le président français "sans qu'il ait reçu un mandat clair". (Yves Clarisse, avec Emile Picy et Grégory Blachier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.