Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Feu vert du Parlement européen à l'accord Ceta UE-Canada

Reuters15/02/2017 à 13:43
    * Le vote ouvre une séquence délicate dans les pays membres 
    * La France juge que le Ceta est un bon accord 
    * Forte opposition à gauche et à l'extrême droite 
 
 (Actualisé avec déclarations, contexte, Cazeneuve) 
    par Gilbert Reilhac 
    STRASBOURG, 15 février (Reuters) - Le Parlement européen a 
approuvé mercredi le Ceta, un accord controversé de 
libre-échange entre l'Union européenne et le Canada qui pourrait 
entrer en vigueur provisoirement dès le 1er mars en attendant sa 
ratification par les parlements nationaux. 
    Ce traité, qui doit faire disparaître les tarifs douaniers 
sur près de 99% des marchandises entre les deux partenaires, a 
été adopté par 408 voix contre 254, ouvrant la voie à un délicat 
processus de ratification par les Etats membres. 
    Un millier d'opposants issus de mouvements de gauche, 
écologistes et altermondialistes ont manifesté aux cris de "No 
Ceta" à l'entrée du siège du Parlement devant lequel avait été 
érigé un "cheval de Troie" gonflable, symbole des risques que 
ferait peser l'accord sur les normes sociales et 
environnementales de l'Union européenne. 
    Le résultat du vote sur ce traité soutenu par les Vingt-huit 
Etats membres ne faisait guère de doute, les deux principaux 
groupes du Parlement, le Parti populaire européen (PPE, 
centre-droit) et les Socialistes et démocrates lui ayant assuré 
leur soutien, ainsi que les libéraux et les conservateurs. 
     Une grosse minorité du groupe socialiste, dont la totalité 
de la délégation française à Strasbourg, avaient toutefois 
annoncé qu'elle voterait contre, aux côtés des écologistes, de 
l'extrême gauche et de l'extrême droite. 
    La commissaire européenne au Commerce, la libérale suédoise 
Cecilia Malmström, s'est efforcée, lors du débat qui a précédé 
le vote, de rallier les hésitants. 
    "Il y a 17.000 entreprises qui exportent vers le Canada et 
rencontrent des difficultés, dont 80% sont des PME", a-t-elle 
assuré en direction de ceux pour qui l'accord ne profitera 
qu'aux multinationales. 
    La commissaire a également évoqué les menaces que ferait 
peser sur l'Union européenne le protectionniste Donald Trump à 
la Maison Blanche. "Nous sommes à un moment où beaucoup 
s'opposent à ce que représente l'UE () Contre ces tendances, 
nous pouvons montrer que le protectionnisme ne fonctionne pas." 
     
    UN "BON ACCORD" POUR LA FRANCE 
    Yannick Jadot, candidat écologiste à l'élection 
présidentielle en France, lui a donné la réplique en accusant le 
Ceta de nourrir la méfiance des citoyens envers une Europe 
dérégulatrice et selon lui soumise aux multinationales. 
    "Qu'est-ce qui justifie les Brexit, qu'est-ce qui explique 
les Trump, c'est la mondialisation que vous construisez. Vous 
alimentez le feu dont se nourrissent les extrêmes droites", 
a-t-il dit en demandant "une mondialisation de la régulation". 
    Autre candidate à la présidentielle française, Marine Le 
Pen, présidente du Front national, a elle-même dénoncé "un 
traité scélérat" qui "détruira une fois de plus des centaines de 
milliers d'emplois en Europe". 
    "Cet accord constitue la règle d'or pour les accords futurs 
de ce type", a au contraire expliqué à ses collègues le Letton 
Artis Fabriks, rapporteur du projet d'avis du Parlement. 
    Le Premier ministre français, dont le pays refuse un accord 
du même type avec les Etats-Unis, est du même avis. 
    "Nous considérons que cet accord, au terme de la bataille 
que nous avons menée, est un bon accord et nous le défendons", a 
dit Bernard Cazeneuve à sa sortie du Conseil des ministres. 
    Le Ceta, que l'UE et le Canada négocient depuis 2009, est 
décrit par ses partisans comme le modèle de ce que devrait être 
un traité bilatéral, excluant de son champ les services publics, 
reconnaissant les Indications géographiques protégées et les 
normes européennes en matière de santé, de sécurité alimentaire, 
d'environnement ou de droits sociaux. 
    Alors que le montant des échanges entre l'UE et le Canada 
s'élevait à 64 milliards d'euros en 2015, une étude de la 
Commission européenne estimait que les exportations de l'UE 
pourraient augmenter de 24%, celles de son partenaire d'environ 
20% dans les sept ans suivant l'accord. 
    La commission de l'emploi du Parlement appelait néanmoins à 
voter contre le Ceta en considérant que, si certaines données 
annonçaient un gain de 0,018% pour l'emploi, du fait de 
l'accord, au sein de l'UE, une étude récente prédisait une perte 
de 204.000 postes de travail. 
     
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.