Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Feu vert à la prolongation de l'opération en Centrafrique

Reuters25/02/2014 à 21:10

L?ASSEMBLÉE VOTE LA PROLONGATION DE LA MISSION SANGARIS

PARIS (Reuters) - Les députés français ont donné massivement mardi leur accord à la prolongation de l'opération Sangaris en Centrafrique, malgré les doutes croissants sur les objectifs d'une intervention confrontée à une situation délicate sur le terrain.

Invoquant une situation pré-génocidaire, la France a lancé le 5 décembre dernier l'opération Sangaris aux côtés des forces africaines pour tenter de rétablir la sécurité dans un pays plongé en plein chaos depuis le coup d'Etat des rebelles de la Séléka, majoritairement musulmans, en mars 2013.

Face aux exactions commises par la Séléka les mois suivant son arrivée au pouvoir, des groupes d'auto-défense chrétiens, les "anti-balaka", se sont constitués pour se défendre, commettant à leur tour des crimes et des pillages.

La France a décidé à la mi-février d'envoyer 400 hommes de plus en RCA, portant le contingent à 2.000 hommes, et doit obtenir le feu vert du Parlement pour prolonger l'opération au-delà de quatre mois, comme le prévoit la Constitution.

Tous les groupes ont voté en faveur de la prolongation de l'intervention, décidée par 428 voix pour et 14 contre. Quelques rares élus du Front de gauche ou de l'UMP se sont abstenus ou ont voté contre, comme l'ancien ministre UMP Bruno Le Maire.

"Chacun est conscient que notre action n'est pas terminée", a déclaré à l'Assemblée nationale le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, reconnaissant de facto que l'idée d'une opération "coup de poing", telle que présentée au départ, était abandonnée. "C'est un défi, mais c'est aussi l'honneur de la France."

Certains analystes ont pointé ces dernières semaines un manque d'analyse politique du gouvernement français qui a reconnu avoir sous-estimé certains aspects du conflit centrafricain, notamment le niveau du ressentiment entre communautés.

Jean-Marc Ayrault a démenti que la France soit seule dans cette opération, comme l'affirme l'opposition.

Les soldats français sont présents aux côtés des quelque 6.000 soldats de la force africaine Misca et des 1.000 soldats de la force européenne attendus et qui sécuriseront les alentours de l'aéroport de Bangui, permettant aux forces françaises et africaines de se déployer dans le reste du pays.

PAS UN BLANC-SEING

La situation s'est, selon Jean-Marc Ayrault, améliorée.

"Nos efforts ont commencé à porter leurs fruits. L'embrasement généralisé qui menaçait a été évité", a-t-il dit.

"A Bangui, l'insécurité ne se concentre plus que sur quelques quartiers. Dans la capitale, la menace vient principalement des anti-balaka contre lesquels nous agissons d'une manière très rigoureuse", a-t-il rapporté.

Mais il a demandé que l'intervention soit placée au plus vite sous l'égide de l'Onu, dont le Conseil de sécurité se prononcera début mars, la France jouant un rôle de relais, sans préciser la durée de sa présence en Centrafrique.

Ce soutien a été accompagné de critiques de l'opposition et plus particulièrement de l'UMP mais aussi du Front de gauche, qui ont dénoncé une certaine forme d'enlisement.

"Au nom de nos principes et de nos valeurs, nous refusons de signer un blanc-seing en faveur de l?intervention française", a dit le communiste André Chassaigne, président du groupe Front de gauche, ajoutant voter la prolongation dans l?attente du transfert à une force multinationale sous l?égide de l?ONU.

L'opposition UMP et UDI, tout en votant pour, a regretté que le gouvernement n'ait pas su mobiliser les Européens.

"Le Président de la République a été bien imprudent dans cette affaire, passant de l?hésitation à la précipitation", a dit le président du groupe UMP, Christian Jacob. "Et cette imprudence débouche, comme nous le craignions, sur une impasse, sur un piège dont on voit mal comment vous allez sortir."

"Un bon chef militaire vise des objectifs crédibles et affecte les moyens en conséquence. En l?occurrence, François Hollande n?est pas un bon chef des armées", a-t-il lancé sous les huées de la majorité.

Son vote est donc un "oui pour l?honneur et l?image de la France dans le monde qui sortirait affaiblie voire déconsidérée, par un retrait unilatéral".

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.