Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fébrilité avant la diffusion du patrimoine des ministres

Reuters15/04/2013 à 15:22

LES MINISTRES S?APPRÊTENT À RENDRE PUBLIC LEUR PATRIMOINE

par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) - Les 37 membres du gouvernement publient ce lundi l'état de leur patrimoine, un geste de transparence qui risque de jeter une lumière crue sur le train de vie, parfois très confortable, des ministres de Jean-Marc Ayrault, en pleine crise économique.

Les déclarations devraient être disponibles en fin d'après-midi sur le site www.gouvernement.fr, une mesure annoncée pour tenter d'éteindre l'incendie allumé par l'affaire Jérôme Cahuzac, l'ancien ministre du Budget qui a avoué détenir depuis 20 ans un compte clandestin à l'étranger.

Une dizaine de ministres ont pris les devants en présentant leur patrimoine par avance comme Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marie-Arlette Carlotti (Exclusion), Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement).

Ces derniers ont révélé un patrimoine plutôt modeste, à la différence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui dit payer l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), une taxe qui incombe aux contribuables dotés d'un patrimoine net taxable d'une valeur de plus d'1,3 million d'euros.

C'est également le cas de sa collègue déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, qui révèle lundi dans Sud-Ouest un patrimoine important.

"Avec 5,4 millions d'euros, la Girondine Michèle Delaunay devrait figurer dans le top cinq des membres du gouvernement les plus riches. Et peut-être même sur le podium", écrit le journal sur son site internet.

Dans un entretien, l'intéressée confie vivre cette publication comme "une épreuve".

"C'est un patrimoine très important. Et difficilement compréhensible de la majorité des Français qui sont dans la difficulté", dit Michèle Delaunay. "L'opposition ne va pas manquer de s'engouffrer dans l'image de la socialiste riche".

"JETÉS EN PÂTURE"

Selon le Journal du dimanche (JDD), le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, serait le ministre le plus riche.

Son collègue de l'Economie Pierre Moscovici a temporisé, expliquant sur France Inter qu'il était locataire à Paris et que son patrimoine serait bien différent s'il avait fait le choix "il y a 30 ans" d'être propriétaire dans la capitale.

Cette opération transparence fait débat dans un pays où l'argent reste tabou, la France étant jusqu'ici le seul d'Europe avec la Slovénie à ne pas publier le patrimoine de ses élus.

L'exécutif socialiste doit d'ailleurs faire face à la fronde des parlementaires de tous bords qui refusent d'être "jetés en pâture" par la loi sur la moralisation de la vie politique qui devrait voir le jour avant l'été.

Le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a précisé que les feuilles d'impôts des ministres ne seraient pas publiées et que cela ne figurerait pas dans le futur projet de loi. Le Premier ministre s'était pourtant déclaré favorable à cette démarche la semaine dernière.

Selon un sondage Ifop pour le JDD, 63% des Français jugent nécessaire la publication du patrimoine des hommes politiques, même si 70% auraient pour première réaction "l'indifférence" s'ils apprenaient que le patrimoine d'un élu était élevé.

ÊTRE RICHE ET DE GAUCHE

Malgré cette relative modération de l'opinion, les derniers commentaires témoignent de la fébrilité de la classe politique.

"C'est une société de la suspicion qu'on nous prépare, une société du soupçon, une société de la présomption de culpabilité, une société de la jalousie, de l'envie, ce qu'il y a de plus détestable", a prédit sur France 2 le député UMP Henri Guaino.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a crié au "voyeurisme" sur BFM-TV, dénonçant "un spectacle qui n'a plus rien à voir avec les attentes des Français, une espèce d'écran de fumée qui a été inventé par François Hollande pour essayer de faire oublier le désastre de l'affaire Cahuzac".

"Pauvre France. On va créer une échelle de Richter des élus les plus riches", a renchéri l'ancien ministre, qui a refusé de publier son patrimoine tant que la loi ne l'y obligera pas.

L'ancien Premier ministre Alain Juppé dénonce sur son blog une "excitation malsaine" avant un "déballage grotesque", décidé selon lui "non par vertu mais pour céder à la pression politico-médiatique".

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, juge au contraire nécessaire de "montrer qu'il n'y a rien à cacher ni pour les uns ni pour les autres".

L'écologiste Eva Joly ne voit, elle, aucune incompatibilité entre le fait d'être riche, ministre et de gauche.

"Bien sûr qu'on peut être riche et de gauche! Etre de gauche, c'est une position philosophique, une conception de la société", a-t-elle dit sur Europe 1. "Avoir des moyens donne aussi des moyens d'agir sur le monde, ce n'est pas incompatible. Riche et ministre, aussi".

Avec Marine Pennetier et Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.