1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Facebook s'engage dans une croisade contre les suprémacistes blancs
Le Parisien28/03/2019 à 11:17

Facebook s'engage dans une croisade contre les suprémacistes blancs

Bien épaulés par des algorithmes qui filtrent des mots-clés, les 30 000 modérateurs de Facebook vont avoir une nouvelle mission dès la semaine prochaine.En plus de traquer et proscrire la nudité, les arnaques ou les publications illégales, ils devront nettoyer les contenus ayant trait au « suprémacisme blanc », à l'apologie du « nationalisme » ou au « séparatisme » blancs, thèses qui promeuvent une séparation physique entre « races ».Ces trois concepts voisins « sont étroitement liés à des groupes organisés promouvant la haine et ils n'ont rien à faire sur nos services », a écrit Facebook mercredi dans un communiqué.Filmée et diffusée en direct sur le réseau social, la tuerie récente dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, perpétrée par un suprémaciste blanc, a choqué et engendré une nouvelle prise de conscience au plus haut sommet du groupe.Amplifier la traque aux thèses proscritesSur Instagram comme sur Facebook, la plateforme faisait déjà la chasse à l'apologie de ces thèses extrémistes, qui y trouvaient une caisse de résonance sans équivalent.« Mais nous n'avions pas appliqué le même raisonnement au « nationalisme blanc » et au « séparatisme blanc », parce que nous pensions à des concepts plus larges de nationalisme ou de séparatisme, comme la fierté (d'être) américain et le séparatisme basque qui sont des parties très importantes de l'identité des gens », explique le réseau social dans son communiqué.« Désormais, les gens auront toujours le droit de montrer leur fierté de leur héritage ethnique, mais nous ne tolérerons plus l'apologie ou le soutien au nationalisme blanc et au séparatisme blanc », tient encore à préciser Facebook.En outre le groupe indique que les usagers cherchant ces termes seront automatiquement dirigés vers une organisation anglo-saxonne fondée par « d'anciens extrémistes violents ». Pas d'annonces d'interlocuteurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer