1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

F1 ? GP de Chine : Rosberg, arrête-moi si tu peux !

Le Point17/04/2016 à 09:44

Nico Rosberg (Mercedes), après avoir été dépassé au départ, a rapidement repris la tête de la course pour ne plus la quitter.

L'an dernier, il avait survolé la fin de la saison en remportant les trois derniers Grands Prix. Sauf que sur les épaules de Nico Rosberg planait le soupçon d'un relâchement de son coéquipier, Lewis Hamilton, déjà sacré champion du monde. Cette année, le soupçon est forcément moins conséquent : l'Allemand réalise un début de saison parfait en remportant sa troisième victoire consécutive, la 17e de sa carrière. Mieux, il a réussi à passer entre les gouttes d'un Grand Prix chaotique, marqué par plusieurs accrochages au départ. Dépassé par Ricciardo (Red Bull) après l'extinction des feux, il a profité des déboires de l'Australien pour reprendre son bien et creuser l'écart.  Au-delà du nouveau cavalier seul du pilote Mercedes, retour sur un Grand Prix très mouvementé.

Vettel, attaquant infatigable

L'Allemand, parti 4e, a fait les frais d'un départ chaotique, à cause d'un accrochage avec Kimi Räikkönen. Du coup, le triple champion du monde, englué dans le trafic à la 11e place, a dû s'employé pour revenir aux avants postes. Il s'est même autorisé à dépasser deux monoplaces en rentrant dans les stands, rappelant l'opportunisme d'un certain Michel Schumacher. Grâce à des pneus super-soft, Sebastian Vettel est parvenu en l'espace de dix tours à dépasser de nombreux pilotes, dont Bottas (Williams) et Alonso (McLaren). Lors du dépassement de l'Espagnol, Sebastian Vettel a...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer