Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Exécutions publiques à Gaza, un obus tue un enfant en Israël

Reuters23/08/2014 à 00:06

(Actualisé avec déclaration Netanyahu §11) par Nidal al-Mughrabi et Allyn Fisher-Ilan GAZA/JERUSALEM, 22 août (Reuters) - Dix-huit Palestiniens accusés de collaborer avec Israël ont été exécutés vendredi dans la bande de Gaza, a-t-on appris auprès des services de sécurité du Hamas au lendemain de la mort de trois de leurs chefs militaires dans un raid aérien israélien. Les tirs de mortiers et de roquettes de Gaza vers Israël se sont par ailleurs poursuivis. Un enfant de quatre ans a été tué dans un kibboutz et cinq personnes ont été blessées dans une synagogue de la ville d'Ashdod, a annoncé la police israélienne. Sept des 18 Palestiniens exécutés, le visage couvert et les mains liées, ont été abattus devant une mosquée de la ville de Gaza, précisent des témoins ainsi qu'un site internet pro-Hamas. Il s'agit de la première exécution publique dans l'enclave palestinienne depuis les années 1990. Onze autres suspects de collaboration ont été tués et leurs corps ont été abandonnés vendredi matin devant un poste de police. "La résistance a débuté une opération appelée 'tordre les cous', visant les collaborateurs qui contribuent à l'occupation (israélienne), qui aident à tuer notre peuple et à détruire nos maisons", a annoncé Al Majd, site internet tenu par le service de sécurité interne du Hamas. Le Centre palestinien pour les droits de l'homme (PCHR) a dénoncé l'exécution de ces hommes. "Nous exhortons l'Autorité palestinienne et la résistance (les groupes armés palestiniens) à intervenir pour mettre un terme à ces exécutions extrajudiciaires, quelle que soit leur motivation", a déclaré le directeur de l'organisation, Raji al Sourani. UN ENFANT TUÉ EN ISRAËL Le Hamas et d'autres groupes armés palestiniens ont tiré vendredi une soixantaine de roquettes vers Israël, dont l'une a frappé une synagogue à Ashdod, à une trentaine de kilomètres de Gaza, blessant cinq personnes. Un enfant de quatre ans a été tué par un obus de mortier dans un kibboutz du sud d'Israël. Il s'agit du premier enfant israélien tué depuis le début du conflit. Le Premier minisre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que le Hamas allait "payer au prix fort" la mort de cet enfant, laissant supposer une multiplication des actions contre le groupe palestinien. Israël a pour sa part mené 25 frappes aériennes sur Gaza, faisant quatre morts, ont annoncé des responsables médicaux gazaouis. Plus de 2.071 Palestiniens ont été tués depuis le début de l'offensive israélienne, le 8 juillet, ayant pour but proclamé de mettre fin aux tirs de roquettes. Des quartiers de Gaza ont été détruits, entraînant quelque 400.000 déplacés dans l'enclave de 1,8 million d'habitants. Soixante-quatre soldats israéliens ont perdu la vie et quatre civils ont été tués sur le territoire de l'Etat hébreu. Sur le plan politique, la contestation se fait également plus véhémente en Cisjordanie, des élus palestiniens accusant Israël d'une répression anti-démocratique avec notamment la détention de parlementaires palestiniens. Sur les 84 parlementaires palestiniens élus en Cisjordanie et à Jérusalem-Est en 2006, 36 sont incarcérés dans des prisons israéliennes, dont les deux-tiers en "détention administrative" pour des charges qui n'ont pas été rendues publiques. "Même s'exprimer est devenu illégal dans leur système fait sur mesure", a dénoncé Mona Mansour, rare élue du Hamas à ne pas avoir été emprisonnée. "Les politiciens ne jouent aucun rôle dans les activités militaires (...) (Les Israéliens) violent le droit à la représentation des Palestiniens inscrit dans le droit international." Yigal Palmor, un porte-parole de la diplomatie israélienne, a justifié ces détentions en expliquant que le fait d'appartenir à une "organisation terroriste" combattant Israël, comme le Hamas, "constitue une violation". Le gouvernement israélien refuse de négocier directement avec le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste. (Noah Browning à Ramallah; Agathe Machecourt pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.