1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

EXCLUSIF. Comment les armes chimiques syriennes vont être détruites

Le Point17/12/2013 à 16:43

Le San Antonio, un bâtiment de la marine américaine.

C'est une opération logistique internationale d'envergure qui se prépare pour détruire l'armement chimique syrien, soit 1 300 tonnes de produits chimiques divers, dont, surtout, 500 tonnes d'agents chimiques mortels. La plupart sont des agents précurseurs, extrêmement dangereux, qui servent à fabriquer les armes. Mais les moyens chimiques de Bachar el-Assad incluent aussi une vingtaine de tonnes de gaz moutarde, prêt à l'emploi.Pour détruire cet arsenal d'ici à la fin mars 2013, Ahmet Üzümcü, directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, l'OIAC, soumet mardi à La Haye à son comité exécutif un plan ambitieux qui implique directement une demi-douzaine d'États. Ce plan, dont Le Point.fr a pris connaissance, est négocié depuis des mois avec les États eux-mêmes. Sauf surprise, il devrait être adopté.

Il prévoit que les États-Unis se chargeront, en collaboration avec les inspecteurs de l'OIAC, présents à chaque grande étape du processus, d'emballer, d'étiqueter et de poser des puces GPS sur tous les conteneurs de ces produits, entreposés sous scellés depuis octobre sur une douzaine de sites, afin de ne jamais perdre leur trace. Puis ils seront acheminés par des camions russes, mis à disposition des Syriens, au port de Lattaquié, sur la côte ouest de la Syrie, afin d'être embarqués sur deux cargos norvégiens et danois. Aucune participation de la France

Escortés de frégates militaires, les navires...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer