1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Evasion fiscale : le Panama donne le coup d'envoi à l'échange d'informations
Le Monde04/10/2018 à 04:15

A la suite des « Panama papers », le Panama avait été accusé d'être « le dernier grand bastion » où peuvent se cacher des grandes fortunes.

A la suite des « Panama papers » en 2016, l'OCDE avait accusé le pays d'être « le dernier grand bastion » où peuvent se cacher des grandes fortunes.

Le Panama a commencé à procéder à des échanges automatiques d'informations selon les normes de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) contre la fraude fiscale, a annoncé mercredi 3 octobre le gouvernement panaméen.

Ce premier échange a été réalisé le 28 septembre, soit deux jours avant la date limite pour que le pays se mette en règle avec les normes de l'OCDE, a déclaré le directeur général des finances David Hidalgo. A cette occasion, 670 rapports de 337 entités financières ont été fournis.

Trentre-trois pays Le Panama s'est engagé à échanger des données émanant de ses institutions financières avec 33 pays, dont la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, le Mexique, le Japon, l'Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Australie et l'Inde. Le pays d'Amérique centrale souhaite augmenter ce nombre dès 2019.

« C'est positif de respecter ces normes et nos engagements afin de ne pas figurer sur une liste » noire des paradis fiscaux, a souligné M. Hidalgo.

De son côté, Alejandro Santos, chef de mission du Fonds monétaire international (FMI), a engagé le Panama à approuver un projet de loi actuellement à l'examen par le Parlement, qui prévoit de sanctionner par cinq années de prison toute évasion fiscale supérieure à 300 000 dollars.

« C'est très important, pour démontrer que le pays continue ses progrès pour lutter contre le blanchiment d'argent », a insisté le responsable du FMI.

« Dernier grand bastion » A...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • UBOAT
    04 octobre08:32

    Meme le Luxembourg ne déclare que ce qu'il veut ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer