Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Euthanasie : «J'ai euthanasié quatre Français cette année», raconte un généraliste belge

Le Parisien03/10/2017 à 08:23

Euthanasie : «J'ai euthanasié quatre Français cette année», raconte un généraliste belge

Yeux bleus, visage émacié, voix calme. A 72 ans, le docteur Yves de Locht, médecin généraliste, n'exerce plus qu'à temps partiel. Dans son cabinet, à Bruxelles, il consulte désormais principalement pour des euthanasies. «Je me fixe une limite, je ne veux pas en faire plus d'une par mois», assure-t-il.

 

Parmi les demandes, «de plus en plus» émanent de l'Hexagone. «Au total, je dirais que je suis en relation avec une cinquantaine de patients français. Il y a des malades de Charcot mais aussi des gens atteints de cancer avec une évolution difficile. Cela nous soulagerait si votre loi changeait !» Depuis le début de l'année, le docteur de Locht a euthanasié quatre Français. «Et j'ai une cinquième injection létale programmée dans les semaines qui viennent», soupire-t-il.

QUESTION DU JOUR. Faut-il légaliser l'euthanasie en France ?

Un peu débordé, il reconnaît s'appuyer sur Claudette Pierret, déléguée départementale de l'ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité) à Longwy (Meurthe-et-Moselle), pour traiter les dossiers tricolores. «Elle est en quelque sorte ma secrétaire médicale bénévole. Elle fait un premier tri entre les demandes fantaisistes et les plus sérieuses.» Mais c'est le généraliste qui décide ou non de donner suite.

 

Un protocole strict

 

Yves de Locht assure respecter scrupuleusement la loi belge. «Le patient doit être atteint d'une maladie incurable, avoir des souffrances intolérables et formuler une demande par écrit d'aide à mourir», rappelle-t-il. Si c'est le cas, un rendez-vous est ensuite fixé dans son cabinet avec le patient pour une consultation approfondie. Le dossier est ensuite transmis à un autre médecin pour avis. Quand la demande est acceptée, le patient «sait qu'il pourra un jour avoir accès à ce que j'appelle l'ultime soin», détaille Yves de Locht. Le jour venu, l'euthanasie a lieu dans l'hôpital bruxellois avec lequel il travaille. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.