1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Européennes : sans surprise, Mme Loiseau et M. Bardella jouent deux inconciliables partitions
Le Monde16/05/2019 à 00:54

Lors de leur débat télévisé, mercredi, la tête de liste macroniste et son rival du Rassemblement national ont insisté, à l'approche d'un scrutin dont ils sont les favoris, sur ce qui les oppose en termes d'immigration, d'économie et de vision de l'Europe.

Lui appelle à un « référendum » contre la politique d'Emmanuel Macron. Elle estime qu'il n'y a « pas de France forte sans Europe forte ».

Mercredi 15 mai, à onze jours des élections européennes, s'est joué sur BFM TV « le » face-à-face entre les deux favoris des sondages. Pendant près d'une heure, le candidat du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, et celle de La République en marche (LRM), Nathalie Loiseau, ont alterné propositions et coups bas, défendant deux programmes aussi radicalement différents que leur vision de l'Europe. Frontières, smic européen, intégration européenne, accords de libre-échange... Les deux formations s'opposent sur presque tous les sujets.

Dans l'espoir de mobiliser son électorat, chacun a donc appuyé sur ses fondamentaux. Sans surprise, Mme Loiseau a ainsi souligné l'importance de l'Europe pour se défendre dans la mondialisation. « Pour être une puissance face à la Chine, aux Etats-Unis ou à la Russie, ce n'est pas la France seule qui pourra négocier mais l'Union européenne [UE] », a-t-elle souligné. M. Bardella, lui, a plaidé pour une « Europe des nations », en se posant comme le « défenseur des peuples » et des frontières.

Sur la question migratoire, l'ancienne ministre des affaires européennes est restée fidèle à sa ligne médiane : « accueillir les demandeurs d'asile » tout en « luttant contre l'immigration illégale ». Lui a campé sur sa position de fermeture. « Il faut rétablir des portes à la maison France » et « couper le robinet ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodde12
    16 mai09:16

    Et oui : couper le robinet. Pourquoi des gens qui nous haissent viendraient chez nous alors qu'ils veulent nous transformer si ce n'est pour la soupe? Ils ne veulent pas s'intégrer mais nous convertir. Sans doute pour qu'on ressemble au pays qui n'a pas pu les nourrir.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer