Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Européennes: dernière ligne droite pour Bardella, favori de l'élection
information fournie par AFP 02/06/2024 à 22:24

Jordan Bardella, tête de liste RN aux élections européennes en meeting à Paris, le 2 juin 2024  ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

Jordan Bardella, tête de liste RN aux élections européennes en meeting à Paris, le 2 juin 2024 ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

Un ultime meeting pour la dernière ligne droite: à une semaine du scrutin européen, Jordan Bardella, tête de liste RN, a réuni les siens dimanche après-midi à Paris, appelant dans une démonstration de force ses partisans à "l'union" et la "mobilisation".

"Ne soyez pas spectateur (du) déclin (de la France): devenez acteur de son redressement et venez à nos côtés", a-t-il lancé en conclusion d'un discours prononcé devant plus de 5.000 sympathisants au Dôme de Paris, alors qu'un sondage Elabe paru samedi soir le crédite de 32,5% d'intentions de vote.

Dans son allocution d'une quarantaine de minutes, le patron du parti d'extrême droite a autant appelé les électeurs ne pas s'abstenir qu'à ne pas "se disperser" sur d'autres listes, en revenant aux fondamentaux du lepénisme: "Je vous demande de ne jamais vous excuser d'être fiers d'être Français. A tous les Français, aimez-là (la France, NDLR), et rejoignez-nous".

Des participants agitent des drapeaux français avant un meeting de campagne de Jordan Bardella, tête de liste du RN aux européennes, et de la présidente du groupe parlementaire du RN, Marine Le Pen, le 2 juin 2024 à Paris ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

Des participants agitent des drapeaux français avant un meeting de campagne de Jordan Bardella, tête de liste du RN aux européennes, et de la présidente du groupe parlementaire du RN, Marine Le Pen, le 2 juin 2024 à Paris ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

Quelques minutes plus tôt, Marine Le Pen avait elle-aussi exhorté à "ne pas rester au bord du chemin, spectateur passif ou victime": "Vous devez pouvoir dire +J'y étais, j'en étais"+", alors que le mouvement à la flamme pourrait atteindre dimanche prochain son meilleur score au premier tour d'une élection nationale.

Le patron du RN doit encore enchaîner des entretiens à la presse toute la semaine, manière de répéter son appel à se déplacer aux urnes.

Il s'agira également de ne pas laisser tout l'espace médiatique au président de la République Emmanuel Macron, en première ligne pour les commémorations du Débarquement de Normandie, auxquelles doit se joindre le président américain Joe Biden.

Marine Le Pen lors d'un meeting pour les élections européennes, le 2 juin 2024 à Paris ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

Marine Le Pen lors d'un meeting pour les élections européennes, le 2 juin 2024 à Paris ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

La majorité présidentielle, emmenée par Valérie Hayer, compte sur cette séquence mémorielle pour remobiliser le camp pro-européen qu'elle entend incarner.

Le président de la République accordera d'ailleurs une interview à France2 et TF1 jeudi en direct depuis Caen dans le journal de 20H00, lors de laquelle il s'exprimera sur les élections européennes et la situation en Ukraine et à Gaza.

La tête de liste Renaissance, Modem et Horizons aux euroépennes Valerie Hayer en meeting à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 1er juin 2024 ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

La tête de liste Renaissance, Modem et Horizons aux euroépennes Valerie Hayer en meeting à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 1er juin 2024 ( AFP / STEPHANE DE SAKUTIN )

Après un meeting à Aubervilliers samedi, Mme Hayer a continué à labourer le terrain dimanche. "On ne lâche rien (...) Réveillons-nous, on a les moyens de gagner cette élection", a-t-elle lancé lors d'un meeting à Saint-Fuscien (Somme) dimanche, aux côtés de l'ancienne Première ministre Elisabeth Borne et du président de l'UDI Hervé Marseille.

Mot d'ordre de la macronie pour cette dernière semaine: "Rien n'est joué", malgré des intentions de vote engluées autour de 16%. "Evidemment", que la liste de Mme Hayer peut arriver en tête a soutenu le Premier ministre Gabriel Attal sur France 3. "On se bat pour ça", a-t-il souligné.

- "Version affadie" -

A gauche aussi, l'heure est à la mobilisation, à la recherche d'un électorat volatile. Avec pour EELV un enjeu de survie, alors que la liste conduite par Marie Toussaint peine à s'imposer, les sondages la plaçant dangereusement proche du seuil des 5% nécessaires pour envoyer des députés à Bruxelles.

Les militants Les Ecologistes (EELV) avant le début du meeting de leur tête de liste aux européennes Marie Toussaint, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 2 juin  2024 ( AFP / Zakaria ABDELKAFI  )

Les militants Les Ecologistes (EELV) avant le début du meeting de leur tête de liste aux européennes Marie Toussaint, à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, le 2 juin 2024 ( AFP / Zakaria ABDELKAFI )

La candidate, qui n'est jamais parvenue à faire décoller sa campagne, a tenu une grande réunion publique dimanche après-midi à Aubervilliers, devant quelque 1.600 personnes.

Cibles de ses critiques, "le pacte brun" proposé selon elle par l'extrême droite, mais aussi ses concurrents à gauche, notamment Raphaël Glucksman, qu'elle a accusé de reprendre les idées des écologistes "sous une version affadie".

L'enjeu pour la gauche est aussi de déterminer qui prendra l'ascendant en vue de 2027, alors que le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon avait lancé la campagne de sa candidate Manon Aubry en affirmant qu'il s'agissait du "premier tour de la présidentielle".

Jean-Luc Melenchon, le 1er juin 2024 à Toulouse ( AFP / Ed JONES )

Jean-Luc Melenchon, le 1er juin 2024 à Toulouse ( AFP / Ed JONES )

Augure-t-il des résultats en deçà de ses espérances ? Lors d'un meeting à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), il a annoncé la création prochaine par les députés insoumis d'une commission d'enquête sur la manière dont "se déroulent les élections en France".

"Quand c'est les quartiers populaires, il y a des radiations, il y a des tas de professions de foi posées sur les boites aux lettres (...) Il y en a marre", a déclaré le fondateur de LFI.

Raphaël Glucksmann, tête de liste PS aux européennes, lors d'un meeting de campagne à Marseille, le 1er juin 2024  ( AFP / DAVID COSTA )

Raphaël Glucksmann, tête de liste PS aux européennes, lors d'un meeting de campagne à Marseille, le 1er juin 2024 ( AFP / DAVID COSTA )

Tête de liste de la liste PS-Place publique, Raphaël Glucksmann a lui réaffirmé sur BFMTV sa volonté de "fixer un cap clair" à gauche, "en rupture avec ce que fait La France insoumise".

Elabe lui prédit trois points de moins que Mme Hayer, mais une autre enquête vendredi le plaçait à un point seulement de la majorité.

13 commentaires

  • 03 juin 09:06

    le bardella fait bien rire avec sa posture et sa mimique ,il est fortement inspiré par le clown trump ,ce qui denote de sa bétise. Il ne suffit pas de promettre , critiquer , invectiver ... tot cela est bien trop facile ! On a vu ce que l'entreprise familiale lepen est capable de faire en Europe , Rien , moins que rien , les elus RN n'ont rien au parlement Europeen , ils ont touché leur paye et puis c'est tout! l'election à venir concerne l'Europe ce n'est pas une election nationale!!


Signaler le commentaire

Fermer