1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Européennes : Cambadélis dit non au débat de France Télévisions
Le Parisien08/05/2014 à 21:19

Européennes : Cambadélis dit non au débat de France Télévisions

Jean-Christophe Cambadélis demande à France Télévisions de revoir son offre. Invité comme Jean Francois Copé (UMP), Marine Le Pen (FN) ou Jean Luc Mélenchon (Front de gauche) le 22 mai à l'émission «Des paroles et des Actes spécial élections européennes», le premier secrétaire du PS décline sa participation dans un courrier adressé ce jeudi matin à la chaîne publique.

Selon lui, cette émission «pose un problème du point de vue de l'égalité de traitement» des candidats. «La visibilité médiatique (de Jean Luc Mélenchon et Marine Le Pen) grâce à votre émission à une heure de grande écoute sera sans pareil», écrit-il. Le patron du PS craint aussi que la participation de ces leaders politiques «re-nationalise une campagne qui doit être européenne».

Bayrou suit Cambadélis

Conscient des effets néfastes d'une politique de la chaise vide le 22 mai, Cambadélis suggère de laisser sa place à l'Allemand Martin Schulz candidat du Parti socialiste européen à la présidence de la Commission européenne. Problème, Marine Le Pen avait refusé de débattre avec ce dernier le 10 avril. Cette fois, les choses sont différentes. Le Front national a assuré au Lab d'Europe 1 que, «bien sûr», sa présidente participerait à l'émission, même si Schulz devait remplacer Cambadélis.

L'idée semble en tout cas séduire François Bayrou, qui a indiqué au même site internet qu'il souhaitait lui aussi être remplacé par son candidat à la présidence de la Commission européenne, Guy Verhofstadt, en lice pour les Démocrates-libéraux (ADLE), si la demande de Cambadélis était entendue. Jean-François Copé ne compte, en revanche, pas céder sa place. 

Pas sûr, quoi qu'il en soit, que ces initiatives ravissent France Télévisions, au coeur d'une polémique pour avoir retransmis le premier débat entre les candidats à la présidence de la Commission européenne du 28 avril sur son site internet et non à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8040206
    09 mai18:42

    Si lui et sa bande de pieds nickelés pouvaient aussi décliner leurs mandats...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer