1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Européennes : Aubry, Loiseau et Jadot, le vrai-faux de leur position sur le glyphosate
Le Parisien05/04/2019 à 17:23

Européennes : Aubry, Loiseau et Jadot, le vrai-faux de leur position sur le glyphosate

Le débat entre douze têtes de listes aux européennes diffusé jeudi soir sur France 2 et France Inter a donné lieu à plusieurs passes d'armes sur la sortie du glyphosate, qui se sont poursuivies sur les réseaux sociaux. En direct puis sur Twitter, les déclarations et accusations se sont multipliées dans la cacophonie générale. Nos explications pour y voir clair.Le vote LREM à l'Assemblée en septembre dernierJeudi soir, Manon Aubry, candidate La France Insoumise (LFI), a interpellé Nathalie Loiseau, tête de liste La République en marche (LREM), sur un vote au Parlement français concernant l'interdiction de la substance herbicide. « Pourquoi, il y a quelques semaines, quand la proposition a été faite à l'Assemblée nationale, avez-vous voté contre à l'interdiction d'ici 2 ans ? » Manon Aubry fait référence au rejet, le 15 septembre 2018, d'un amendement à la Loi Alimentation déposé par neuf députés LREM. Visant à interdire l'utilisation en France du glyphosate à compter du 1er juillet 2021, il a recueilli 42 voix contre (dont 34 au sein du groupe LREM), 35 pour (11 LREM) et 3 abstentions. « Je ne suis pas députée, Madame Aubry », a rétorqué Nathalie Loiseau. L'ancienne ministre aux Affaires européennes s'est toutefois positionnée sur la ligne actuelle du gouvernement, excluant une sortie totale en trois ans : « Nous nous sommes engagés à sortir du glyphosate en trois ans, en ne laissant personne au bord du chemin parce que nous ne voulons pas opposer l'environnement et l'agriculture. Nous savons que nous avons des solutions pour 90 % des territoires qui aujourd'hui utilisent du glyphosate. »En novembre 2017, Emmanuel Macron s'était engagé pour une sortie « au plus tard dans trois ans ». En janvier dernier, le président de la République s'était rétracté, disant qu'« en trois ans on ne fera pas 100 % ». Entre temps, en mai 2018, les députés avaient refusé, une première fois, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 83345830
    05 avril17:56

    Concours lépine du plus gaucho !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer