Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Europe-Turquie : indignation générale après "l'affront" protocolaire d'Erdogan à Von der Leyen
Boursorama avec Media Services08/04/2021 à 12:36

La présidente de la Commission européenne a été reléguée au second rang lors d'une réception à Ankara.

Ursula von der Leyen a été privée de chaise face à Recep Erdogan ( AFP / - )

Ursula von der Leyen a été privée de chaise face à Recep Erdogan ( AFP / - )

"Choquant", "scandaleux": de Clément Beaune à Anne Hidalgo en passant par Xavier Bertrand, l'"affront" protocolaire que la Turquie a fait subir à Ursula von der Leyen à Ankara est condamné unanimement par la classe politique française.

"C'est extrêmement choquant! (...) La présidente de la Commission n'aurait pas du rester dans cette position-là", a réagi jeudi 7 avril la maire PS de Paris Anne Hidalgo.   "Il y a une sorte d'humiliation et puis on y voit aussi quelque chose de très en lien avec la sortie de la convention des droits des femmes de la Turquie récemment" , a ajouté l'édile de la capitale.

"Ce sont des images qui font mal! Je ne veux pas d'une Europe naïve, fragile", avait critiqué dès mercredi soir sur BFM Business le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, pour qui "c'est un affront qu'on corrigera, mais il ne faut pas laisser faire ce genre de choses". "On a affaire à des interlocuteurs, le président turc, qui eux connaissent la force des images, la valeur de symbole, on doit être beaucoup plus ferme, beaucoup plus fort là-dessus", avait-il ajouté.

"Soumission et faiblesse"

Ce "Sofagate", filmé et largement diffusé sur les réseaux sociaux, avec la présidente de la Commission européenne placée mardi par le protocole en retrait sur un divan lors de la réunion des présidents des institutions de l'UE avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara, a provoqué une polémique et beaucoup de ressentiment à Bruxelles. "Scène scandaleuse à Ankara. Le mépris pour la représentation de l'Europe n'a malheureusement pas été compensé par la seule attitude digne côté européen, qui aurait été de quitter les lieux" , a estimé sur le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand, candidat à la présidentielle. "Notre continent est son paillasson. Erdogan provoque et menace car il connaît la naïveté, l'impuissance et la docilité des dirigeants européens", a dénoncé sur le numéro 2 du Rassemblement national Jordan Bardella. Marine Le Pen a quant à elle fustigé un "pénible moment de soumission et de faiblesse".

Pour la cheffe de file des députés PS Valérie Rabault, "l'humiliation infligée à Mme von der Leyen est inacceptable". "Si l'Europe veut être crédible, il faut qu'elle s'affirme aussi comme puissance et qu'elle affirme ses valeurs. Tant qu'elle ne le fera pas, elle peinera à avoir une vraie crédibilité en terme de diplomatie", a-t-elle précisé dans un tweet. 

49 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • WLJS
    09 avril13:28

    kozlow67 Il ne s'agit pas de goujaterie mais de protocole. Van der Leyen n'est pas dans cette affaire le personnage invité. Elle accompagne le Président du Conseil de l'UE qui a rang de chef d'Etat. Elle n'est qu'une sorte de premier Ministre. Qu'Erdogan n'ait pas agi innocemment ne change rien à l'affaire. Quand Macron est reçu par un autre chef d'Etat, Castex ne s'asseoit pas à côté de lui pour la photo officielle. Et ce n'est jamais le cas.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer