1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Euro 2016 : le discours de Deschamps à la mi-temps de France-Albanie

Le Point17/06/2016 à 12:26

Didier Deschamps n'a pas mâché ses mots pour motiver les Bleus à la mi-temps du match face à l'Albanie. 

C'est ce qu'on appelle le charisme ! Si on peut contester certains choix de Deschamps ? comme le montre l'indigence crasse de la première période du match face à l'Albanie et l'inefficacité évidente de sa tactique, on ne peut lui disputer deux qualités : celle de savoir galvaniser ses troupes et celle de savoir remettre en cause un système qui ne marche pas. Le passage au vestiaire a ainsi donné au général Deschamps l'occasion de haranguer ses troupes et de repenser sa stratégie. Deux initiatives salutaires pour l'équipe de France puisque le second acte fut de bien meilleure tenue et, surtout, qu'il vit les Bleus marquer deux buts : un pour la victoire, l'autre pour la confiance.

Les mots de Deschamps

Tout est affaire de crédibilité ! La carrière de « la Dèche », aussi bien comme joueur que comme entraîneur, donne un poids considérable à sa parole, ce qui paraît indispensable quand on s'adresse à des gamins de 19-20 ans, déjà titulaires dans les meilleurs clubs du monde, et à qui il n'est pas aisé d'en mettre plein la vue. D'emblée, le champion du monde 98 a tonné : « Vous jouez un Euro, pas un match amical ! Il faut en donner plus », révèle L'Équipe ce vendredi. Des mots lourds de sens quand on sait que « DD » est déjà allé au bout d'un Euro, c'était en 2000.

Ce coup de gueule a fait mouche, bien entendu, mais il a avant tout coïncidé...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer