Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Etiquetage de fromages : les camemberts normands contre-attaquent

Le Parisien14/11/2017 à 13:32

Etiquetage de fromages : les camemberts normands contre-attaquent

Entre le camembert étiqueté « de Normandie » et le camembert « fabriqué en Normandie », où est la différence ? Le premier est fabriqué dans les règles de l'art de l'appellation d'origine protégée (AOP) avec du lait cru normand. Le second est réalisé de façon industrielle avec du lait pasteurisé qui peut venir du monde entier. Seulement voilà : le consommateur, lui, n'y voit souvent que du feu.

LIRE AUSSI

> Touche pas à mon camembert !

L'association Fromages de terroirs, qui regroupe des consommateurs gastronomes, vient d'interpeller la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour lui demander de faire le ménage sur les étiquettes de ce fromage. Elle a été jusqu'à saisir un huissier pour réaliser un constat d'achats de camemberts.

Réunion tripartite

« La situation actuelle crée une confusion auprès du consommateur », s'indigne Véronique Richez-Lerouge, présidente de Fromages de terroirs, dans un courrier adressé à la Répression des fraudes le 10 novembre. Elle y dénonce une concurrence déloyale. Et pour cause : le fromage AOP coûte plus cher que son rival non AOP qui, en entretenant le flou sur ses étiquettes, tente de profiter de l'image « terroir » du label.

Ce courrier arrive à point nommé, à la veille d'une réunion de l'Inao (Institut national de l'origine et de la qualité), prévue le 22 novembre en Normandie en présence des producteurs, des industriels et de l'Etat, pour tenter de trouver une issue au conflit ouvert depuis quinze ans sur le sujet.

Laxisme ?

Le bras de fer oppose les petits producteurs de fromage AOP -- moins de 5 % du marché -- et les industriels, au premier rang desquels la multinationale Lactalis, propriétaire des marques Président, Lanquetot et Lepetit, qui détient aujourd'hui 95 % du camembert. Déjà en 2012, le clan des AOP avait assigné en justice Lactalis et Bongrain pour qu'ils retirent la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.