1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

États-Unis : le violeur de Stanford veut un nouveau procès

Le Point04/12/2017 à 13:40

Brock Turner est sorti de prison après trois mois.  (crédit : HO)

Son procès en 2016 avait provoqué une vive émotion dans le monde entier. Reconnu coupable d'agression avec intention de commettre un crime sur une personne en état d'ébriété ou inconsciente, pénétration d'une personne en état d'ébriété et pénétration d'une personne inconsciente, Brock Turner n'avait été condamné qu'à six mois de prison, dont trois ferme, ainsi qu'une inscription au registre des criminels sexuels. Une décision que le juge avait à l'époque justifiée par « l'impact profond » qu'aurait eu une peine plus longue sur lui. Mais Brock Turner veut maintenant faire appel, rapporte 

Paris Match

et obtenir un nouveau procès, le premier n'ayant été qu'« une longue série de mensonges », selon ses avocats.

Ils plaident que leur client n'a pas commis de « crime ». « C'est arrivé, mais cela n'a rien à voir avec un crime. » Les avocats de l'ancien athlète avancent plusieurs arguments pour plaider leur cause : des témoins, membres de son équipe de natation, qui n'auraient pas pu témoigner en faveur du jeune homme, mais surtout la remise en cause de la manière dont a été évoqué le lieu du viol.

En janvier 2015, rappelle Paris Match, deux étudiants de l'université de Stanford repèrent un homme penché sur le corps d'une femme dénudée et inconsciente derrière une benne à ordures. Pour les avocats, l'endroit était « visible de...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer