Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang», selon Chevènement

Le Parisien12/09/2014 à 17:20

Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang», selon Chevènement

Le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen et ancien ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement, qui est également sénateur du Territoire de Belfort, avait démissionné du gouvernement Rocard en'91 pour protester contre la guerre du Golfe.

Que pensez-vous des déclarations de Barak Obama qui veut «?éradiquer?» l'Etat islamique ?

Jean-Pierre Chevènement : En dehors d'une extension des frappes américaines au territoire de la Syrie, les déclarations de Barak Obama restent vagues.

C'est peut être un changement d'échelle quant aux moyens engagés ?

C'est possible, mais les pré-requis d'une intervention d'ampleur ne me semblent pas réalisés. Il faut d'abord avoir outre l'autorisation du gouvernement irakien l'appui de forces armées constituées sur le terrain. Et puis on ne connait pas les contours d'une éventuelle coalition internationale qui pourrait compter, dit-on, une quarantaine de pays. Il me parait tout à fait décisif que, si une intervention a lieu à la demande du gouvernement irakien, elle soit autorisée par l'ONU. Plusieurs points restent dans l'ombre : est-ce que le gouvernement irakien, dit d'union nationale, va rallier tout ou partie des sunnites à sa cause ? Ne l'oublions pas, ce sont les ingérences occidentales qui ont détruit l'Etat irakien. Il y a eu la première guerre du Golfe, en'91, suivie d'un embargo meurtrier, puis la seconde guerre avec l'invasion américaine. L'Etat irakien a été détruit, son administration, sa police, son armée dissoutes. Avec Da'ech (NDLR : acronyme arabe de l'Etat islamique), les Occidentaux mais aussi, malheureusement, le peuple irakien récoltent les résultats d'une ingérence armée disproportionnée, violente, inconséquente, que j'avais dénoncée en son temps.

Il eût été préférable d'agir par la diplomatie, d'obtenir-ce qui était possible - le retrait des armées irakiennes du Koweit - et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.