Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Et si le chocolat, à cause du changement climatique, venait à manquer ?

Le Parisien28/10/2017 à 12:26

Et si le chocolat, à cause du changement climatique, venait à manquer ?

Ce serait un cauchemar ! Fini le chocolat chaud, les tablettes, les éclairs ou encore les mœlleux tout juste sortis du four, croustillants autour et fondants dedans. En amont du Salon du chocolat, grand raout qui se tient jusqu'à mercredi (lire ci-dessous), la filière s'est réunie à Paris pour tirer la sonnette d'alarme : le réchauffement climatique pourrait bien mettre en péril la production de l'or brun, tant apprécié des Français. D'ici vingt ans, si rien ne change, seule une petite élite pourrait avoir accès à ces produits. « Il y a un réel risque de pénurie », confirme Christian Cilas, agronome au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement).

La production concentrée dans deux pays. Les fragiles cacaoyers craignent la sécheresse. Or, elle risque d'être de plus en plus importante en Côte d'Ivoire et au Ghana notamment, alors que ces deux pays concentrent à eux seuls 70 % de la production mondiale et sont déjà largement ravagés par le virus de la pousse gonflée. « Cette maladie est transmise par la cochenille farineuse, un insecte qui aime l'air sec », précise Christian Cilas. Pour l'instant, les récoltes restent conséquentes « parce qu'on continue d'étendre les terres consacrées à ces plantations », ajoute le spécialiste. Mais cette frénésie extensive risque d'aggraver encore le phénomène.

Les forêts sacrifiées. Victime du dérèglement climatique, l'industrie du chocolat en est également -- en partie -- responsable. Ces immenses monocultures en Afrique de l'Ouest mais aussi en Indonésie, au Mexique ou en République dominicaine se sont développées à grands coups de déforestations. Objectif : répondre à une demande mondiale qui ne cesse d'augmenter. Selon l'Organisation internationale du cacao, l'an dernier, elle a crû de 7 %, tirée notamment par l'appétence des Chinois et des Indiens pour les tablettes de chocolat et de pâte à tartiner. Entre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.