1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Et si l'on interdisait les véhicules à carburant fossile à partir de 2040 ?
Le Parisien18/05/2019 à 10:32

Et si l'on interdisait les véhicules à carburant fossile à partir de 2040 ?

C'était l'une des mesures phares du « plan climat » voulue par Nicolas Hulot en 2017. Les députés ont voté vendredi soir en commission la fin d'ici à 2040 de la vente des véhicules à carburants fossiles (essence, diesel et gaz naturel), lors de l'examen du projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) qui sera examiné au parlement entre le 3 et le 14 juin.« Si plusieurs pays européens se sont positionnés en ce sens, la France serait le premier à inscrire dans la loi », a lancé Jean-Luc Fugit (LREM) avec l'aval d'Elisabeth Borne, la ministre des Transports. En novembre 2018, les ONG du réseau Action Climat avaient dénoncé la volonté du gouvernement de faire marche arrière sur ce projet. Cet objectif est « ambitieux » mais « possible », estime le député En Marche, rappelant que l'objectif de la France est d'atteindre, en 2050, la décarbonation complète du secteur des transports terrestres.Des «objectifs intermédiaires»Pour y parvenir des « objectifs intermédiaires » seront fixés. D'abord, une montée en puissance des véhicules à faibles et très faibles émissions à échéance 2030. Ensuite, la fin de la vente des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers neufs utilisant des énergies fossiles d'ici à 2040.Tous les cinq ans, un rapport d'évaluation devra être rendu par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques. Il donnera lieu à un débat à l'Assemblée nationale et au Sénat.Passer à une France où ne rouleraient que des véhicules 100 % électriques et hybride soulève tout de même de nombreuses questions.Actuellement, environ 32 millions de voitures circulent en France. En 2018, sur un marché automobile de l'ordre de deux millions d'automobiles, les ventes de voitures électriques n'ont pas dépassé les 31 069 exemplaires, soit 1,43 % de part de marché.Des ventes de véhicules électriques encore trop faiblesEmmanuel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M5441845
    18 mai20:19

    Pour un bilan carbone identique, il serait beaucoup plus facile et moins cher de dire que le chauffage des bâtiments doit être exclusivement électrique. 60% du chauffage en France est au gaz ou au fuel et pourrait être électrique en 5 ans. Il n'y a rien a inventer, on maitrise toute la technologie. Si on ne le fait pas c'est parce que on sait qu'on manquerait vite de moyen de production électrique. Tandis que un objectif 2040, tout le monde s'en F...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer