1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Et maintenant, les trottinettes électriques arrivent sur les pistes du Bourget
Le Parisien15/05/2019 à 18:50

Et maintenant, les trottinettes électriques arrivent sur les pistes du Bourget

Dans la noria sans fin des jets privés et des avions d'affaires, les usagers les plus observateurs de l'aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis) pourront désormais apercevoir le discret ballet... des trottinettes sur le tarmac. Depuis le 18 avril, les contrôleurs aériens de l'aéroport du Bourget testent en effet quatre de ces engins électriques pour se rendre à la tour de contrôle. Dès septembre, une dizaine d'autres devraient suivre, afin de permettre à la soixantaine de personnes que compte le service de la circulation aérienne de rejoindre le bâtiment. DR « Ce qu'il faut bien comprendre », prévient Franck Giraud, le chef de service adjoint, « c'est que, contrairement à ce qui se fait dans la plupart des aéroports, la tour de contrôle du Bourget est située au milieu des pistes ». Or, les salariés de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) n'ont pas le droit de pénétrer dans ce secteur avec leur véhicule personnel.Des voitures trop chèresPassé les contrôles de sûreté, les 30 aiguilleurs du ciel ont près de 500 mètres à parcourir sur le tarmac avant d'atteindre leur lieu de travail. « Une distance que l'on peut faire à pied, mais un peu longue au quotidien, résume Franck Giraud. Nous avons donc à notre disposition une flotte d'une douzaine de voitures de fonction, réservées exclusivement à ces micro-trajets. »Un budget conséquent pour le service. « Nous devons louer autant de places de parking à l'année auprès d'Aéroports de Paris (ADP) », détaille Franck Giraud. Sans compter le coût de maintenance du parc. « Ces véhicules roulent peu, donc les batteries s'affaiblissent très vite. Ça demande une logistique importante pour des mini-trajets. »À partir de septembre, l'ensemble du service doit déménager à côté de la tour de contrôle, soit environ 30 autres personnes. Autant de têtes qui feront ce trajet au moins deux fois par jour. « Plutôt que d'investir dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    15 mai20:29

    Une fois on a eu un coup de Titane.maintenant ,on pourra avoir un coup de trottinette ,mais les dégâts seront aussi sérieux si non plus fréquents ..

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer