1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Et ça passe pour le Brésil
So Foot27/06/2018 à 21:50

Et ça passe pour le Brésil

Le Brésil s'est qualifié sans trembler pour les huitièmes de finale en battant la Serbie (2-0), qui n'a jamais semblé en mesure de répliquer, et sort donc du tournoi. Les Brésiliens ont notamment pu compter sur un gros Thiago Silva, auteur du deuxième but. Ils affronteront le Mexique au prochain tour.

Serbie 0-2 Brésil

Buts : Paulinho (35e) et Thiago Silva (68e) pour le Brésil

Et soudain, un léger frisson parcourt la colonne vertébrale du Brésil. Et s'ils avaient ri trop tôt ? Après la défaite de l'Allemagne face à la Corée du Sud, les réseaux sociaux brésiliens avaient explosé de messages moqueurs célébrant l'élimination du bourreau de 2014. Mais la Seleçao n'était pas encore qualifiée, et la blessure de Marcelo, remplacé par Filipe Luis dès la 10e minute face à la Serbie, faisait naître une pointe de doute. Mais non, la sortie de l'indispensable arrière gauche n'a pas suffi à effacer un fait : puisque la vengeance est un plat qui se mange froid, c'est que 2014 est loin. Finie la peur. Ce soir, contre la Serbie, le Brésil a assuré le coup, sans faire de grande folie mais sans jamais être inquiété. Et c'est bien tout ce qu'il recherchait.

Symbole de ce match maitrisé, l'ouverture du score brésilienne avait apparemment été répétée. Ouverture de Coutinho par-dessus la défense, Paulinho qui fonce dans l'axe, prend tout le monde de vitesse, puis lobe Stojkovic du bout du pied. A la 18e minute, dix-sept minutes avant le but du 1-0, le même scénario s'était produit et, même si Coutinho n'avait pas encore réglé la mire, la défense centrale serbe s'était déjà concentrée sur Gabriel Jesus, délaissant un Paulinho laissé bien seul. Laissé à l'écart de ce petit stratagème, Neymar ne déçoit pas pour autant. Omniprésent, allant chercher les ballons très bas, distribuant quelques petits ponts à l'occasion, l'attaquant du PSG crée le danger en permanence. Sans oublier de faire une dizaine de roulades quand Ljajic le tacle, ou de se tenir théâtralement la tête quand Kolarov lui

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer