Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Esclavage: Pas de réparation financière, réaffirme Valls

Reuters30/10/2016 à 11:26
    PARIS, 30 octobre (Reuters) - Manuel Valls écarte à nouveau 
l'hypothèse de réparations financières liées à l'esclavage, 
appelant à concilier devoir de mémoire et initiatives visant à 
préparer l'avenir du continent africain, dans une tribune 
publiée dimanche sur le site internet du Monde. 
    Le Premier ministre français, qui a entamé vendredi une 
tournée de quatre jours en Afrique de l'Ouest, propose ainsi la 
mise en place d'un système d'échanges pour les étudiants 
africains et européens inspiré du programme Erasmus.  
    Dans ce texte, intitulé "On ne peut pas réparer l'esclavage 
mais on peut préparer l'avenir" et rédigé dans la capitale 
ghanéenne Accra, Manuel Valls repousse l'idée de réparations 
matérielles liées à l'esclavage, que François Hollande avait 
déjà écartée à plusieurs reprises.    
    "Il ne s'agit pas tant de vivre dans l'idée d'une réparation 
- comme disait le grand poète martiniquais, descendant 
d'esclaves, Aimé Césaire, l'esclavage est 'irréparable' - que de 
regarder vers demain, c'est-à-dire renforcer les liens entre nos 
deux continents, de part et d'autre de la Méditerranée", écrit 
le Premier ministre.  
    Evoquant dans son texte "l'horreur de l'esclavage" et le 
"désastre à grande échelle" qu'a été la traite négrière, Manuel 
Valls rappelle que "cette réalité doit être rappelée, enseignée, 
martelée". 
    Tout en plaidant pour "une mémoire partagée, apaisée", il 
rappelle cependant que l'"histoire de l'Afrique, ce n'est pas 
que l'histoire de l'esclavage, à laquelle on veut trop souvent 
la réduire" et estime que le continent doit donc "s'affranchir 
de son passé" et "se tourner avec enthousiasme vers l'avenir".   
    "C'est pour cela que je propose la création d'un 'Erasmus 
euro-africain' - à qui il faudra trouver un nom - pour que les 
jeunes africains et les jeunes européens puissent venir étudier 
les uns chez les autres, se rencontrer, échanger, apprendre 
ensemble", indique le Premier ministre.          
    "L'Afrique n'est pas en train de se relever : elle est 
debout, fermement installée dans l'Histoire", conclut Manuel 
Valls en contrepoint aux propos tenus en juillet 2007 à Dakar 
par Nicolas Sarkozy, qui avait estimé que "l'homme africain 
n'est pas assez entré dans l'Histoire".      
 
 (Myriam Rivet, édité par Henri-Pierre André) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.