1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Esclavage : le Cran demande réparation à des banques et familles bordelaises
Le Parisien10/05/2014 à 20:40

Esclavage : le Cran demande réparation à des banques et familles bordelaises

Au-delà du refus du maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne) de commémorer l'abolition de l'esclavage, le sujet reste polémique, alors que de nombreuses commémorations ont eu lieu en France ce samedi 10 mai. Lors d'un rassemblement place de la Sorbonne à Paris, samedi, jour de commémoration de l'abolition de l'esclavage, le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a demandé réparation à des institutions bancaires et des familles bordelaises pour avoir profité de la traite des Noirs.

Louis-George Tin, le président du Cran, accuse notamment le Crédit suisse, la Banque de France, l'ancienne banque Mallet et plusieurs familles bordelaises d'avoir «joué un rôle central dans la traite négrière». «C'est le travail des esclaves qui a permis de constituer la Banque de France et c'est la Banque de France qui a permis de constituer la France», affirme-t-il.

Le Cran, qui a déjà engagé des poursuites en justice contre l'Etat, la CDC et le groupe Spie Batignolles, a cette fois choisi «d'interpeller publiquement» ces banques et familles, de leur «tendre la main» dans une «démarche de dialogue». «Nous les invitons à rentrer en contact avec des associations ou des municipalités pour voir comment elles pourraient contribuer d'une manière ou d'une autre à des réparations», explique Louis-George Tin. «En fonction, nous verrons si nous donnons des suites judiciaires».

«On n'est pas là pour les agresser, ou s'en prendre à leur bourse», affirme de son côté le président du Cran-Aquitaine, Ousmane Cissé. Lors d'un petit rassemblement ce samedi à Bordeaux (Gironde), devant le buste de Toussaint Louverture, il a annoncé avoir approché «discrètement» quelques grandes familles de Bordeaux, au passé négrier, pour «les associer à une réflexion sur les réparations». «Elles ne sont pas aussi tétanisées sur le sujet qu'on veut bien le dire», assure-t-il.

A Bordeaux, le «travail de mémoire doit être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

13 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    11 mai19:44

    Tous ces faux-K/ul avec des bouquets de fleurs...L'humanité est en train de crever de repentance ...La nature a tjrs mis en place un prédateur et une victime, avec chacun ses armes, d'attaques et de défenses. Tous les peuples ont subi un asservissement et la plupart en sont ressortis renforcés !...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer