1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Eric Toledano, Olivier Nakache : « L'amour des dialogues a forgé notre amitié »

Le Monde24/02/2018 à 06:00

Eric Toledano (en haut) et Olivier Nakache

Pour « La Matinale du Monde », deux personnalités, les scénaristes et réalisateurs Eric Toledano et Olivier Macache racontent leur parcours en duo.

Plusieurs de leurs longs-métrages, Intouchables en tête, ont rencontré un grand succès populaire. Leur dernier film, Le Sens de la fête, a réuni plus de 3 millions de spectateurs et cumule dix nominations aux Césars, dont la cérémonie se déroulera vendredi 2 mars. Eric Toledano et Olivier Nakache, amis de presque trente ans, ont toujours travaillé en duo.

Je ne serais pas arrivé là si...

Eric Toledano... Si je ne m'étais pas un peu ennuyé à l'adolescence. J'ai trouvé dans le cinéma l'ouverture au monde qui me manquait. Je grandissais à Versailles dans une famille pleine d'amour, mais où l'on exprimait peu les choses. Mes parents étaient arrivés du Maroc en 1967. Mon père avait fait l'ENA. Le mot d'ordre, était : « On s'adapte ! », il fallait être brillant, ne pas se faire remarquer. Mes frère et sœur étaient sur ce chemin, moi j'étais un élève moyen, plutôt réfractaire au système - jusqu'à l'université où je me suis senti plus en phase. De ma période d'ennui est née une envie artistique dont je ne pensais pas qu'elle puisse devenir un moyen de subsistance. Mes parents n'avaient aucune connexion, et leur ambition était de nous voir devenir avocat ou médecin, pas artiste. C'est pour ça que « je ne serais pas arrivé là » non plus sans la rencontre avec Olivier. Sans ce partage d'envie.

Et vous, Olivier Nakache, vous ne seriez pas arrivé là si... ?

... Si je n'avais pas rencontré Eric. Mon parcours est indissociable du sien.

Votre enfance a ressemblé à la sienne ?

O. N. Oui, nous...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer