Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Entre Macron et les patrons, le désamour guette

AFP29/08/2018 à 11:42

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, prononce un discours à la 20e université d'été de l'organisation patronale à Jouy-en-Josas, le 28 août 2018 ( AFP / ERIC PIERMONT )

"On lui fait encore confiance mais attention, cela ne va pas durer": 15 mois après avoir été séduits par l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, un président jugé pro-"business", les patrons français se mettent aujourd'hui à douter.

"Il faut reconnaître que tout n'a pas été noir. Des réformes qui n'avaient pas été faites en 30 ans ont été effectuées en un an": l'opinion de Jacques Letort, chef d'entreprise dans le bâtiment, est largement partagée à Jouy-en-Josas (banlieue sud-ouest de Paris), qui accueillait mardi et mercredi la 20e université d'été du Medef.

Il y a 15 mois, les chefs d'entreprise avaient applaudi l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, un ancien banquier d'affaires au profil pro-entreprises qui promettait de "transformer la France" et de ranimer une croissance jusqu'alors atone.

"Les décisions prises vont dans le bon sens: assouplir un peu les règles et défiscaliser les heures supplémentaires", résume Michel Fétiveau, directeur pour la France de la division après-vente de l'équipementier automobile allemand ZF.

Une opinion largement partagée chez les entrepreneurs. Dans un sondage réalisé en juillet par OpinionWay, 65% des dirigeants sondés estiment que le gouvernement a maintenu le rythme des réformes, malgré de multiples contestations.

- garder le cap -

Après avoir applaudi à la "flat tax", qui instaure un prélèvement au taux unique de 30% sur tous les revenus du capital, Eric Pinon, qui préside de l'Association française de gestion financière, attend désormais la loi Pacte sur le financement des entreprises, l'intéressement et la participation des salariés.

Le gouvernement veut "aider le système à être plus attirant pour l'investissement sur le long terme. Oui, ça va dans le bon sens. Est-ce que ça avance assez vite? Non."

Quinze mois après le triomphe d'Emmanuel Macron dans les urnes, les patrons commencent à montrer des signes d'impatience.

Le gouvernement a "redonné confiance aux entrepreneurs", a reconnu mardi le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, mais "cette confiance retrouvée reste fragile".

"Nous préférons les preuves d'amour aux déclarations d'amour", a souligné le patron des patrons, qui voit dans un report de neuf mois d'une baisse de charges annoncé lundi un "très mauvais signal".

"Ce n'est pas une bonne décision que d'avoir différé ce qui allait permettre de réduire le coût du travail", juge aussi M. Fétiveau, qui comme nombre d'autres dirigeants interrogés, n'a pas pour l'heure "d'inquiétude sur un changement de cap".

- "des actes" -

Face aux chefs d'entreprise, le Premier ministre Edouard Philippe a assuré mardi "mettre en œuvre les choses sérieusement, au regard de la croissance dont nous disposons". Cette dernière s'essouffle en effet, à seulement 1,7% cette année selon l'Insee, au lieu des 2% espérés par le gouvernement.

L'excuse est trop belle, estiment nombre d'entrepreneurs. Philippe Marty, patron d'une entreprise de conseils, juge ainsi que le gouvernement "ne prend pas du tout le chemin" de la réduction de la dépense publique, qui devrait passer par une cure d'amaigrissement de la fonction publique, où il voit encore "trop de gras".

"Macron a dit qu'il voulait délivrer les entreprises. C'est bien mais j'attends des actes. Les chefs d'entreprise lui font encore confiance mais attention, cela ne va pas durer", met en garde M. Marty.

"Si on commence à faire du zigzag, on va mettre tout le monde dans le doute", craint Stéphane Rostaing, président du Medef de l'Ain et patron d'une PME de confection de gants de sécurité.

Philippe Amram, dirigeant d'une entreprise de stratégie, juge que "la tâche sera très difficile. Mais on a envie d'aider Macron. On a envie qu'il réussisse parce que, sinon, c'est quoi le coup d'après?"

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • franck8
    29 août15:40

    Là, on ne voit vraiment plus qui va encore faire confiance à Macron !

    Signaler un abus

  • a.guer
    29 août13:42

    Le désamour ne concerne pas que les patrons ... Demandez aux retraités !

    Signaler un abus

  • M2310631
    29 août12:39

    On aime bien les changements surtout quand ils concernent les autres.

    Signaler un abus

  • faites_c
    29 août12:16

    "Macron a dit qu'il voulait délivrer les entreprises. ..."!!! C'est pour cela qu'il les charge de collecter l'impôt en lieu et place des fonctionnaires de Bercy!!! C'est ce que Macron et sa clique appelle alléger les contraintes sur les entreprises. A sa décharge c'est une idée de son brillant prédécesseur même si on peut soupçonner qu'il ait pu en être l'instigateur quand il était ministre!

    Signaler un abus

  • mxnagg
    29 août12:11

    il voit encore "trop de gras" ou ca ? faut etre precis.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.