1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Entre larmes et colère : adieu Samba
So Foot09/04/2018 à 19:15

Entre larmes et colère : adieu Samba

Après Thomas Rodriguez (Tours) et Baptiste Le Foll (Guingamp), le football français se voit endeuillé pour la troisième fois en tout juste un mois à la suite du décès de Samba Diop, défenseur central de la réserve du Havre. Grand espoir du club doyen, le jeune homme de 18 ans devait prochainement franchir le pas vers le groupe professionnel avant d'être fauché en pleine force de l'âge. Aujourd'hui, le club et son public souhaitent lui rendre hommage, malgré une LFP inflexible sur le huis clos qui frappera le prochain match du HAC contre le Gazélec Ajaccio.

"Il avait deux objectifs : passer son bac, ce qu'il a fait la saison dernière, et signer son premier contrat pro au Havre", énumère Michaël Bunel, responsable de la préformation du HAC et qui a suivi Samba Diop depuis son arrivée à la Cavée Verte à l'âge de cinq ans. "Vous savez, on dit toujours du bien des gens qui décèdent, mais si vous demandez à quelqu'un de vous parler de Samba au centre de formation, vous ne trouverez personne qui dira du mal de lui, affirme son ancien coach. Samba était un garçon timide et réservé mais qui savait ce qu'il voulait. Pour un entraîneur, c'était l'exemple à suivre : quand il ne jouait pas, il ne se plaignait pas, quand il fallait bosser, il ne se plaignait pas." Michaël Bunel prend une respiration profonde et rappelle que le défenseur central pouvait compter en permanence sur le soutien sans faille de sa maman. "Quand il était petit, elle l'accompagnait à tous les entraînements. Quand il était sur le terrain, elle restait dans le club-house avec les autres mamans, où elles partageaient des gâteaux et entretenaient le côté très familial du club. C'était l'exemple même de la bonne présence."



Un jeune espoir du Havre est décédé

Le huis clos de l'indécence

Ce dimanche, le HAC a lancé une cagnotte destinée à soutenir financièrement la famille Diop, que des membres du staff et de la direction ont rencontré après le drame afin de lui présenter ses condoléances. "On est conscient que ce n'est pas l'argent qui va le ramener à la vie, soupire Michaël Bunel. Mais si cela peut permettre d'accompagner

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer