Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Entre John McCain et Donald Trump, un mépris mutuel

AFP26/08/2018 à 07:42

L'une des dernières volontés de John McCain était limpide: il avait fait savoir qu'il ne voulait pas de Donald Trump à son enterrement ( AFP/Archives / BRENDAN SMIALOWSKI, MANDEL NGAN )

L'une des dernières volontés de John McCain était limpide: il avait fait savoir qu'il ne voulait pas de Donald Trump à son enterrement.

Ces deux-là n'ont jamais fait semblant de s'apprécier. Ce n'était pas seulement un problème d'affinités personnelles. Leurs différends étaient fondamentaux, sur leurs valeurs, et se sont exposés publiquement.

Quand Donald Trump se présente aux primaires républicaines, en juin 2015, John McCain déclare que l'homme d'affaires excite "les tarés" avec son discours anti-immigrés. La réponse de Donald Trump: John McCain est un "idiot".

Jamais homme à abandonner, le candidat attaque l'ancien pilote sur une partie sacrée de sa vie: sa carrière militaire.

"Ce n'est pas un héros de guerre. C'est un héros de guerre juste parce qu'il a été capturé", lâche un jour Donald Trump, agacé par cet élu qui le prend de haut. "J'aime les gens qui n'ont pas été capturés", ajoute-t-il, déclenchant une indignation générale.

La réponse de John McCain illustre en elle-même leur différence de caractère; il ne demande pas d'excuse mais déclare: "Il doit s'excuser auprès des familles de ceux qui se sont battus".

Mais l'ascension du candidat populiste, en 2016, s'assimile à un désaveu du républicanisme tendance McCain, le type de courant dont il porta les couleurs à la présidentielle de 2008.

John McCain le 27 juillet 2017 à Washington. Le cancer a été découvert derrière un oeil ( GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / CHIP SOMODEVILLA )

Huit ans plus tard, voici venu un homme qui professe sa passion de l'argent, qui n'a pas fait son service militaire et qui s'est vanté d'avoir arrosé les hommes politiques de droite et de gauche pour parvenir à ses fins... et qui bafoue toutes les traditions présidentielles.

Pris dans sa propre campagne pour un nouveau mandat en 2016, McCain rompt avec la discipline de parti après la diffusion d'une vidéo où le milliardaire se vante d'attraper les femmes par "la chatte". Il annonce qu'il votera pour "un bon républicain conservateur qui est qualifié pour être président".

- Poutine et Trump -

John McCain, ici au Capitole le 18 octobre 2017, s'irritait lorsque les journalistes du Congrès l'interrogeaient trop souvent sur Donald Trump ( GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / MARK WILSON )

Un jour de novembre 2016, peu après la victoire de Donald Trump, le sénateur de l'Arizona explose devant des journalistes qui, au Capitole, ne cessent de l'interroger sur telle ou telle déclaration du président élu: "Je ne veux plus qu'on me pose de questions sur Donald Trump. C'est mon droit de sénateur", dit-il d'un ton sans appel.

Son voeu fera long feu, tant le trumpisme monopolise les débats et bouleverse la tradition de politique étrangère américaine.

Mais c'est le refus persistant du nouveau dirigeant de reconnaître les ingérences russes dans la campagne qui scandalise le plus vieux sénateur.

Au fil des mois, McCain s'assombrit. Président de la commission des Forces armées, il ouvre sa propre enquête parlementaire sur la Russie. Et s'étrangle quand il entend les mots accommodants du président à l'égard de Vladimir Poutine.

"Ce n'est en rien +faire passer l'Amérique d'abord+ que de faire confiance à un colonel du KGB plutôt qu'à l'ensemble des services de renseignement américains", lance-t-il.

Dans les derniers mois de sa vie, chaque dossier semblait l'occasion de défier le locataire de la Maison Blanche.

Il est l'un des trois sénateurs de la majorité à torpiller, en juillet 2017, l'abrogation de la loi sur la santé de Barack Obama, provoquant la fureur de Donald Trump.

Le dirigeant est "mal informé" et "impulsif", accuse-t-il. Il dénonce, dans un discours préparé, le "nationalisme bancal et fallacieux conçu par des gens qui préfèrent trouver des boucs émissaires que de résoudre les problèmes".

Et tacle même le milliardaire, en octobre 2017, au détour d'une interview sur le Vietnam, sur l'un des sujets lui tenant le plus à coeur.

"Un aspect du conflit dont je ne me remettrai jamais est que les Américains les plus modestes ont été appelés par conscription, mais que les plus riches trouvaient un médecin pour déclarer qu'ils avaient une excroissance osseuse", lâche-t-il. Allusion à l'excuse trouvée par le jeune Donald Trump pour échapper à la guerre du Vietnam.

La loi de défense "John McCain", promulguée par Donald Trump le 13 août 2018 sans prononcer le nom du sénateur ( AFP / Brendan Smialowski )

Jusqu'au bout, l'inimitié entre McCain et le président était palpable. Il y a quelques semaines, le dirigeant n'a pas daigné prononcer son nom lors d'une cérémonie de promulgation d'une loi sur la défense baptisée en l'honneur de John McCain.

Et quand la famille McCain a annoncé vendredi qu'il arrêtait tout traitement, le dirigeant n'avait pas non plus jugé utile de réagir, contrairement à l'ensemble de la classe politique américaine.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.