1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Enseignants pédophiles : seize révocations prononcées en 2014

Le Parisien01/04/2015 à 17:06

Enseignants pédophiles : seize révocations prononcées en 2014

L'affaire de Villefontaine, en Isère, a libéré la parole. Mardi, un autre professeur soupçonné de pédophilie, cette fois enseignant dans un collège de Rennes (Ille-et-Vilaine) a été suspendu. Il avait été condamné en 2008 mais l'Education nationale n'en avait a priori pas eu connaissance. «Nous avons diligenté une enquête administrative qui a vocation à faire la lumière sur les défaillances de notre système, et pour corriger ses dysfonctionnements», a donc indiqué ce mercredi, à la sortie du Conseil des ministres, Najat Vallaud-Belkacem.

«Nous prenons le sujet à bras le corps», a assuré au micro de BFM TV la ministre de l'Education nationale. L'enquête devra notamment identifier les défaillances de transmission d'informations entre le ministère de la Justice de Christiane Taubira et celui de Najat Vallaud-Belkacem, défaillances qui ont permis à un enseignant déjà condamné pour des agressions sexuelles sur mineurs de continuer à exercer son métier. «C'est intolérable», a admis l'ancienne porte-parole du gouvernement.

Des réunions entre recteurs et procureurs

«Peut-être que les circulaires ne suffisent pas pour être respectées», a initié Najat Vallaud-Belkacem dans la réflexion que les deux ministres ont lancée. Pour elle, «il n'est pas possible d'avoir un enseignant dans une salle de classe condamné pour de tels faits».

VIDEO. Vallaud-Belkacem : «Une enquête administrative a été diligentée»

«Il y a eu 16 cas de condamnation en justice pour des affaires liées à la pédophilie» ou la pédopornographie, qui ont toutes entraîné une révocation définitive de l'enseignant condamné, a souligné Najat Vallaud-Belkacem. Il faut «faire attention à ne pas jeter l'opprobre sur l'ensemble du personnel», a-t-elle ajouté, rappelant que l'Education nationale compte environ un million de fonctionnaires, dont 840.000 enseignants.

La ministre a également annoncé que les deux ministères ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7093115
    01 avril15:04

    Bien content de l' apprendre, un peu tard quand même quand on sait que le type a été condamné déjà il y a plusieurs années....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer