Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Enseignants en grève contre les rythmes scolaires

Reuters12/02/2013 à 19:27

GRÈVE DES ENSEIGNANTS CONTRE LE RETOUR À LA SEMAINE DE QUATRE JOURS ET DEMI

PARIS (Reuters) - Les enseignants du primaire ont fait grève mardi en France pour contraindre le ministre de l'Education, Vincent Peillon, à reporter à 2014 et à aménager sa réforme des rythmes scolaires, qui instaure le retour à la semaine de quatre jours et demi.

Le SNUipp-FSU (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles), principale organisation du secteur, a affirmé mobiliser 58% des instituteurs, avec des taux de grévistes variables selon les régions.

Le ministère fait état pour sa part de 36,17% de grévistes au niveau national dans le primaire à la mi-journée et de 2,40% dans le secondaire, où un petit nombre d'enseignants a suivi le mouvement en soutien aux instituteurs.

La participation était de près de 60% à Paris où les instituteurs sont remontés contre le maire, Bertrand Delanoë (PS), qui avait décidé le passage à 4,5 jours, contre 4 actuellement, dès la rentrée 2013.

Bertrand Delanoë a lancé un appel au dialogue tout en amorçant un léger recul. "La décision (sur l'application de la réforme à la rentrée 2013 ou 2014) sera prise fin mars", a-t-il dit sur France Info.

Lors du précédent mouvement dans la capitale, le 22 janvier, près de 80% des professeurs des écoles avaient fait grève, selon le rectorat.

Des rassemblements ont eu lieu dans de nombreuses villes de France, mais beaucoup n'ont réuni que quelques centaines d'enseignants.

En revanche, plusieurs milliers de personnes - 5.800 selon la police, 12.000 d'après les syndicats - ont participé au cortège parisien. "Ni statu quo, ni bricolage", pouvait-on lire sur une banderole.

Une autre grève était lancée en parallèle dans l'éducation par cinq syndicats (CGT, FO, Sud, CNT, FAEN) qui demandent, outre l'abandon de la réforme des rythmes scolaires, une amélioration des conditions de travail et de rémunération.

"DÉCEPTION"

Selon un sondage BVA pour I>télé de janvier, 59% des Français interrogés sont pour le retour de l'école le mercredi ou le samedi matin. A l'inverse, 39% d'entre eux souhaitent conserver la semaine de quatre jours mise en place en 2008.

Les syndicats ne remettent pas en cause le projet lui-même mais dénoncent une réforme "bricolée".

Les communes ont jusqu'au 31 mars pour décider si elles appliqueront la semaine de 4,5 jours cette année ou en 2014.

Les journées de classe seraient raccourcies de 45 minutes, consacrées alors à des activités culturelles ou sportives, mais les communes comme les syndicats se demandent avec quel personnel et quel budget.

"Nous sommes sur une action qui met en lumière la déception de la communauté éducative sur une réforme des rythmes scolaires, qui était attendue et nécessaire, et qui aujourd'hui n'offre pas de garantie", a déclaré le secrétaire général du SNUipp-FSU, Sébastien Sihr.

"Les principaux opposants à la réforme des rythmes scolaires sont avant tout les communes, qui sont en train de traîner les pieds pour 2013", a-t-il ajouté sur RTL.

Dans L'Express.fr, Vincent Peillon dit avoir toujours su que cette réforme serait difficile, souligne que le travail sur le terrain commence à peine et recommande aux communes de passer à la semaine de 4,5 jours dès cette année.

"Quand on change, tout n'est pas parfait immédiatement, mais plus tôt on s'engage dans cette réforme, plus tôt elle portera ses fruits et plus tôt on pourra l'améliorer", dit-il.

Le ministre estime que personne ne propose une solution alternative "qui recueille l'assentiment".

"Nous n'ajoutons pas seulement une demi-journée, nous modifions le temps de chaque journée, et nous touchons donc à des organisations anciennes (...) Est-il honteux de demander des efforts dans l'intérêt des enfants ?", ajoute-t-il.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse et Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.