Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ENQUÊTE-France-Un déficit sous 3% du PIB en 2017 hors de portée

Reuters16/10/2014 à 17:35

PARIS, 16 octobre (Reuters) - La France ne parviendra pas à ramener son déficit sous 3% du produit intérieur brut comme elle s'y est engagée auprès de ses partenaires européens, même avec un délai supplémentaire de deux ans jusqu'en 2017 comme elle l'envisage désormais, selon des économistes interrogés par Reuters. Même s'il a revu en baisse ses prévisions de croissance pour les années qui viennent, le gouvernement français reste trop optimiste sur la vigueur de la reprise et ses projets de réformes pour doper le potentiel de croissance de son économie sont trop limités, estiment-ils. Pour 2014, leurs anticipations de croissance de l'économie française se situent au même niveau que celles revues par le gouvernement, à 0,4% en prévision médiane (contre 0,7% dans la précédente enquête publiée en juillet). Pour 2015, l'écart est faible : 0,9% pour les économistes qui ont été interrogés entre le 9 et le 15 octobre, (1,3% dans la précédente enquête), à comparer avec 1,0% retenu pour le cadrage du projet de loi de finances 2015. Mais il est plus conséquent pour 2016 : 1,3% prévu par les économistes, 1,7% par le gouvernement dans sa nouvelle trajectoire des finances publiques. Celle-ci ne prévoit plus que l'horizon 2017, au lieu de 2015 prévu précédemment, pour ramener le déficit public sous 3% du PIB. Interrogés sur la crédibilité de ce nouveau calendrier, qui doit encore faire l'objet de négociations qui s'annoncent délicates avec Bruxelles, les économistes ayant répondu à cette question spécifique pensent tous, à l'exception d'un seul, qu'il ne pourra être tenu. Pour eux, l'effort de 50 milliards d'euros sur les dépenses publiques promis par le gouvernement français sur 2015-2017 ne suffira pas, pas plus que les réformes mises en oeuvre (baisse des charges et de la fiscalité des entreprises) ou promises dans le cadre du futur projet de loi pour l'activité et l'égalité des chances économiques. ID:nL6N0SA4U2 La nouvelle trajectoire des finances publiques françaises prévoit un déficit public à 4,3% du PIB en 2015 puis 3,8% en 2015 avant 2,8% en 2017. ID:nL6N0RV2MR S'ils restent dubitatifs sur ce scénario, les économistes interrogés partagent les mêmes inquiétudes que celles invoquées par François Hollande et son gouvernement, à savoir la persistance d'une inflation très basse, voire même un risque de déflation, qui plombe le rythme de reprise dans la zone euro. "Dans un tel environnement désinflationniste, viser des objectifs de déficits très stricts serait contre-productif et même dangereux", estime Frédéric Andrès, économiste France de l'assureur crédit Euler Hermes. Les anticipations d'inflation pour la France des économistes interrogés se situent à 0,7% pour cette année, 1,0% l'an prochain et 1,2% en 2016, bien loin de l'objectif de "près de 2%" visé par la Banque centrale européenne pour la zone euro. La stagnation et la faiblesse de l'inflation dans la zone euro sont considérées par une majorité des économistes interrogés comme le principal risque actuel pour l'économie globale. Pour les résultats globaux de l'enquête FRKEY1 Pour les prévisions de croissance par trimestre FRGDPQ1 Pour les prévisions de croissance annuelle FRGDPY1 Pour les prévisions de déficit public FRDEF1 (Brian Love, avec Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.