Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ENQUÊTE -BCE-Statu quo en septembre, extension du QE avant fin 2016

Reuters02/09/2016 à 14:25
    par Rahul Karunakar 
    2 septembre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) 
maintiendra sa politique monétaire inchangée le 8 septembre à 
l'issue de la réunion de son conseil des gouverneurs mais elle 
pourrait répondre aux pressions grandissantes en faveur d'un 
nouvel assouplissement en annonçant une extension de ses achats 
d'actifs d'ici la fin de l'année, montre une enquête Reuters.  
    La BCE achète actuellement l'équivalent de 80 milliards 
d'euros par mois d'actifs, principalement des obligations d'Etat 
de la zone euro, afin de ramener l'inflation vers son objectif 
proche mais inférieur à 2% l'an.  
    Elle a par ailleurs opté pour une politique de taux 
d'intérêt négatif, fixant son taux de dépôt à -0,4% pour pousser 
les banques à consentir des crédits qu'elle s'est engagée à 
refinancer à taux nuls voire potentiellement négatifs.  
    En dépit de ces mesures, l'inflation au sein de la zone euro 
est ressortie à 0,2% au mois d'août selon une estimation 
provisoire.  
    Le vote britannique du 23 juin en faveur d'une sortie du 
Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) n'a pas eu pour 
l'instant l'impact négatif redouté sur l'économie britannique et 
celle de la zone euro.  
    En conséquence la BCE ne devrait pas réviser nettement ses 
projections économiques en termes d'inflation et de croissance.  
    Les quelques 70 économistes interrogés par Reuters 
s'attendent à un statu quo de la BCE à l'issue de la réunion de 
son conseil des gouverneurs la semaine prochaine. Ils prévoient 
un maintien du taux de refinancement et du taux de dépôt à 0% et 
-0,4% respectivement.  
     
    PEU D'EFFETS BREXIT POUR L'INSTANT 
    "L'événement le plus significatif depuis la réunion du mois 
de juin a été le Brexit mais les indicateurs économiques 
disponibles depuis pour juillet et août sont en nombre limité 
jusqu'à présent, et ceux qui ont été publiés ne suggèrent pas 
que la croissance sera effectivement impactée au troisième 
trimestre", dit Philippe Gudin, économiste de Barclays dans une 
note. 
    "Notre hypothèse d'un nouvel assouplissement de la politique 
au deuxième semestre reste en place mais nous pensons que la BCE 
l'annoncera plus vraisemblablement plus tard cette année, en 
octobre ou en décembre", a-t-il ajouté.  
    Interrogé sur les initiatives que la BCE pourrait prendre 
d'ici la fin de l'année, une majorité d'économistes ont répondu 
qu'elle prolongerait son programme d'achats d'actifs au delà de 
l'échéance prévue actuellement de mars 2017.  
    Un nombre limité d'économistes ont dit que la BCE pourrait 
annoncer d'autres changements de sa politique monétaire à moyen 
terme sachant qu'il n'est pas certain qu'un surcroît 
d'assouplissement monétaire se révélerait efficace. 
    Les responsables monétaires de la BCE n'ont d'ailleurs pas 
laissé entendre que de nouveaux assouplissements étaient 
imminents.  
    Près de la moitié des économistes interrogés se sont 
déclarés moins convaincus sur la capacité de la BCE d'influer 
maintenant sur l'inflation et sur la croissance par rapport à sa 
marge de manoeuvre au moment du lancement de son programme 
d'achat d'actifs.  
    "La reprise économique est en cours et l'expansion du crédit 
a un peu accéléré. Mais au total, les résultats de la politique 
monétaire sont modestes par rapport à l'énormité des efforts",  
relève Kristian Tödtmann, économiste de DekaBank.  
    La vigueur de l'euro, en hausse de 3% contre le dollar 
depuis le début de l'année, a plutôt entravé la politique de la 
BCE, déprimant les prix à l'importation et pénalisant les 
exportateurs de la zone euro sur les marchés internationaux.  
    Face aux marges de manoeuvre désormais réduites de la BCE, 
la politique monétaire américaine et la hausse attendue des taux 
directeurs de la Fed apparaissent comme le principal moteur 
d'évolution de la parité euro-dollar.  
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.