Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Enorme fierté": paroles de soldats mobilisés pendant la crise sanitaire
AFP13/07/2020 à 07:50

Une militaire aide un collègue à enfiler une blouse de protection sans la contaminer, le 24 mars 2020 à l'hôpital de campagne destiné à accueillir les malades du Covid-19, à Mulhouse ( POOL / SEBASTIEN BOZON )

Formée pour secourir les militaires sous le feu, la caporale Céline, du régiment médical de l'armée de Terre (RMed), a mis ses compétences au service d'une mission inhabituelle pendant la crise sanitaire, loin des sables du Sahel: participer en France à la prise en charge de civils atteints du Covid-19.

"On va te ramener, accroche-toi mon grand, je vais te faire un piqûre!": au camp militaire de La Valbonne (Ain), l'entraînement au sauvetage au combat a repris pour la jeune auxiliaire sanitaire, affairée à pratiquer les gestes qui sauvent sur un mannequin allongé dans l'herbe, après une simulation d'embuscade.

Un retour à son coeur de métier après une expérience inédite: au printemps, Céline et des dizaines d'autres camarades de son régiment ont été dépêchés à Mulhouse pour monter de toutes pièces un service de réanimation sous tente (EMR) destiné à désengorger l'hôpital public voisin, et y épauler l'équipe médicale du service de santé des armées. 

"On était employées à l'habillage et au déshabillage des personnels soignants, et parfois on pouvait aller dans les travées auprès des patients, pour aider un peu", raconte cette militaire de 23 ans, large sourire sous le masque, en confiant son "énorme fierté d'avoir participé" à cette aventure, "au plus près de la population". 

Un militaire devant les cartons de fournitures médicales, à l'Etablissement de ravitaillement sanitaire des armées (ERSA) près de Reims, le 14 avril 2020 ( AFP / FRANCOIS NASCIMBENI )

Au volant de son véhicule de transport logistique, la soldate de 1ère classe Julie, elle, était affectée à "une mission qui ne se voyait pas": enchaîner les allers-retours pour approvisionner la structure. "Je travaillais au coup de sifflet, quand les pharmaciens manquaient de matériel". 

Au pic de la pandémie, le RMed, qui déploie chaque année 400 militaires en opérations extérieures en appui du service de santé des armées, a été mobilisé tous azimuts pour venir en aide aux Français. Un engagement dans l'urgence qui lui vaut de participer cette année à Paris la cérémonie du 14-Juillet.

- Renfort au SAMU -

Des soldats vérifient les fournitures médicales lors de la mise en place de l'hôpital de campagne à Mulhouse destiné à recevoir les malades du Covid-19, le 22 mars 2020 ( AFP / PATRICK HERTZOG )

Le caporal-chef Laurent, lui, a été envoyé en renfort à la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. 

"On est venus remplacer des pompiers infectés par le Covid", raconte-t-il. "Le rythme était soutenu, on a connu pas mal de nuits blanches. On enfilait la combinaison pendant que le camion grillait les feux rouges. On était les premiers à faire les gestes sur les malades".

"Pendant une intervention, on avait la tête dans le guidon et d'un coup les gens se sont mis à applaudir: il était 20h. Je l'ai pris pour moi, ça m'a fait chaud au coeur", souligne le trentenaire, vétéran du Tchad et du Mali.

Un pompier aide une militaire à retirer son équipement de protection sans se contaminer, à sa sortie d'un avion ayant assuré le transfert de patients malades du Covid-19, sur la base militaire d'Istres dans le sud de la France, le 31 mars 2020 ( AFP / Pascal GUYOT )

Voisin du RMed à La Valbonne, le 68e régiment d'artillerie d'Afrique a également apporté sa pierre à l'opération "Résilience" déclenchée en mars par Emmanuel Macron, à laquelle 3.000 soldats de l'armée de Terre ont participé. 

Au lieu de munitions, les artilleurs ont transporté des millions de masques vers les hôpitaux, Ehpad, administrations et entreprises de la région. "Quand on est arrivés, de nuit, le patron de Michelin nous a payé des pizzas!", se souvient le maréchal des logis Kevin, 26 ans.

Une équipe de personnel soignant de l'armée reçoit les dernières consignes avant le décollage d'un Airbus A330 depuis la base militaire d'Istres (sud), pour Mulhouse (est), le 31 mars 2020 ( AFP / Pascal GUYOT )

D'autres ont été déployés pour protéger les stocks des établissements de santé. Certains, enfin, ont apporté du renfort au SAMU local, une première pour des militaires français.

"Le SAMU était débordé, en tension permanente. On est venus les soulager dans la régulation des appels téléphoniques", explique l'adjudant Guillaume, chef de la cellule secourisme de son régiment.

"Au début, il y a eu des interrogations chez le personnel, après ils ont vite compris qu'on était là pour offrir de l'entraide. L'ambiance était extraordinaire", malgré le flot incessant d'appels, assure-t-il. "C'était vraiment de l'aide concrète à la population et au milieu hospitalier, avec des résultats immédiatement visibles".

"Les soldats se sont sentis utiles", commente le chef de corps du 68e régiment, le colonel David Pawlowski.  "On a dû faire preuve d'imagination pour servir au mieux les besoins exprimés localement", mais "en tant qu'artilleurs, l'appui de la première ligne, c'est ce qu'on sait faire!" 

dab/fz/nm

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer