Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Encore trop d'antibiotiques consommés en France

Le Parisien10/11/2017 à 13:59

Encore trop d'antibiotiques consommés en France

On savait les Français accros aux antidépresseurs, ils le sont aussi aux antibiotiques, malgré les programmes de sensibilisation comme le célèbre « les antibiotiques, c'est pas automatique ». Dans son panorama de la santé 2017, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) égratigne la France, qui consommerait encore trop d'antibiotiques. Sur les 35 pays de l'OCDE, la France est 34e. Seule la Grèce en prescrit plus. « En France, l'utilisation des antibiotiques est supérieure de près de 50% à la moyenne des pays de l'OCDE », écrit l'organisation. Les Pays-Bas, qui décrochent la première marche du podium, consomment trois fois moins d'antibiotiques que l'hexagone. « Les médecins (français, Ndlr) ont la main lourde », abonde Valérie Paris, spécialiste des politiques de santé à l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Selon elle, « il y a beaucoup de prescriptions d'antibiotiques non justifiées », par exemple pour des angines virales et non bactériennes, alors que les antibiotiques sont destinés à combattre les bactéries. Sur 15 ans, la consommation d'antibiotiques en baisse de 11,4% en FranceSi la consommation d'antibiotiques a globalement baissé de 11,4% en France entre 2000 et 2015, elle a augmenté de 5,4 % entre 2010 et 2015, notait l'Agence du médicament ANSM dans un rapport publié en janvier. Selon ce document, 93% de la consommation d'antibiotiques provient de la médecine libérale et 7% des établissements hospitaliers. Or le risque de ces consommations non justifiées est de développer la résistance des bactéries aux antibiotiques et que manquent les nouveaux médicaments en développement. « La résistance aux antimicrobiens est une urgence sanitaire mondiale qui met sérieusement en péril les progrès de la médecine moderne », prévenait, en septembre, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. En France, on estime que la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.