1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Enchères pétrolières en Equateur

Commodesk04/12/2012 à 08:39

Commodesk - L'Equateur, plus petit état pétrolier de l'OPEP, a mis aux enchères 16 blocs pétroliers situés sur 200.000 hectares de réserves indiennes en Amazonie.

Une vingtaine de compagnies sont candidates à l'exploitation des blocs proposés, sur un modèle de prestation de services qui rapporterait à l'Etat un milliard de dollars. Les gagnants, parmi Ecopetrol de Colombie, le chilien Enap, Petroperú, PetroVietnam, Repsol, Turkish Petroleum... devront  investir 1,1 milliard de dollars pour extraire de 369 à 1.597 millions de barils.

Trois lots ont été proposés à la pétrolière colombienne Petroamazonas, déjà invitée cet été à devenir un partenaire privilégié de Petroecuador dans l'exploitation de 12 blocs, pour produire 300.000 barils par jour.

Le président Correa recherche des fonds internationaux pour préserver le parc naturel Yasuni, réservoir d'une cinquantaine d'espèces en voie de disparition, mais il explique aussi que son pays a besoin d'argent pour ses projets sociaux.

Le secteur des hydrocarbures représente 15,7% du produit intérieur brut en Equateur et 27,2% du budget de l'Etat. L'Etat équatorien toucherait 40 dollars par baril extrait.

200 Indiens de sept tribus vivant dans le futur périmètre pétrolier ont protesté contre ces enchères, tenues à l'hôtel Marriott de Quito le 28 novembre. Le ministre du Pétrole équatorien affirme que 17.500 membres des communautés concernées ont été consultés.

De l'autre côté de la frontière, au Pérou, un oléoduc de 200.000 barils par jour fonctionne au septième de ses capacités. Il pourrait drainer le pétrole équatorien vers la côte atlantique.

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer