1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

ENCADRE-USA-La lutte pour la majorité au Sénat pourrait s'éterniser
Reuters03/11/2014 à 16:28

WASHINGTON, 3 novembre (Reuters) - Il faudra peut-être patienter jusqu'en décembre, voire début janvier, pour savoir qui des démocrates ou des républicains détiendront la majorité au Sénat américain, en raison de possibles seconds tours dans deux Etats clés et de l'émergence de candidats indépendants dans deux autres. Alors que la Chambre des représentants semble assurée de rester aux mains des républicains lors des élections à mi-mandat dès le 4 novembre, la bataille pour le contrôle du Sénat s'annonce des plus serrée. Pour obtenir la majorité qu'ils convoitent, les républicains doivent prendre six sièges aux démocrates sur les 100 que compte la chambre haute. Or, dans deux Etats susceptibles de basculer, la Louisiane et la Géorgie, aucun candidat ne semble selon les sondages en position d'obtenir 50% des voix dès le premier tour, ce qui contraindrait à un second tour entre les deux candidats les mieux classés. Ces éventuels scrutins sont programmés en Louisiane le 6 décembre et en Géorgie le 6 janvier, soit le jour où le nouveau Congrès doit se réunir pour la première fois. Pour ajouter à l'incertitude entourant la future majorité sénatoriale, deux indépendants sont susceptibles de créer la surprise dans le Kansas, où le candidat démocrate s'est retiré, et dans le Dakota du Sud, ou un ancien sénateur républicain joue les trouble-fêtes entre le candidat officiel du "Grand Old Party" et son rival démocrate. En cas de victoire de l'un ou l'autre de ces indépendants, la majorité pourrait se jouer à un ou deux sièges et les pressions seraient alors très fortes sur les nouveaux élus pour qu'ils rejoignent l'un ou l'autre camp. Démocrates et républicains pourraient même se retrouver à égalité de sièges. Dans ce cas de figure, c'est la voix du vice-président Joe Biden qui ferait la différence, ce qui permettrait à Barack Obama de conserver in extremis une majorité démocrate cruciale pour la fin de son second mandat. (Gabriel Debenedetti; Tangi Salaün pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer