Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ENCADRE-France-Les départements ont de l'avenir, assure Lebreton

Reuters18/09/2014 à 22:26

PARIS, 18 septembre (Reuters) - Le président de l'Assemblée des départements de France (ADF), Claudy Lebreton, assure que les conseils généraux ont encore de l'avenir au vu des difficultés que pose leur suppression programmée et du peu d'appétence des autres collectivités pour le transfert de certaines compétences. Pour l'élu des Côtes d'Armor, le projet actuel de réforme territoriale ne préfigure en rien une suppression des départements, d'abord, rappelle-t-il, parce que cela nécessiterait une réforme constitutionnelle - donc un référendum ou un vote des trois cinquièmes du Parlement. Ensuite, dit-il, parce que la réforme telle qu'elle est désormais envisagée, avec la concentration autour de métropoles ou de fédérations d'intercommunalités, revient selon lui à confirmer le découpage territorial actuel. "Le conseil départemental va exister jusqu'en 2020 et, pour l'instant, au-delà", assure-t-il à Reuters à quelques mois d'élections, en mars 2015, qui vont donner aux élus de ces collectivités un nouveau mandat de cinq ans. "Après, en 2020, on arrive au triptyque du Premier ministre : un, le scénario lyonnais, avec une métropole. Il y en a 13. Deux, dans les départements semi-ruraux ou avec de grandes agglomérations, on fait une fédération d'intercommunalités, il y en a une vingtaine. Et trois, les départements ruraux." Pour lui, cette structure qui pourrait être celle adoptée revient à maintenir, sans l'avouer, les 101 départements. "S'il devait se passer ce qui est en train de se passer au niveau des métropoles, ça devient un nouveau département ! A Lyon, il y a 4.000 fonctionnaires du conseil général qui vont à la métropole", note-t-il. "Et qu'est-ce qu'on fait du reste du territoire ? Dans le Rhône, vous avez la métropole avec 1,4 million d'habitants, et autour le conseil général avec 480.000 habitants." Le représentant des départements, qui a encore été reçu cette semaine par la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, et son secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, affirme en outre que les métropoles sont réticentes à récupérer les compétences des départements. Notamment la délicate gestion des revenus sociaux, dont le Revenu de solidarité active. "Ils disent maintenant ne pas être sûrs qu'on aille jusqu'au bout sur les métropoles", assure-t-il. De même, la création de fédérations d'intercommunalités pose problème. Selon lui, le seuil des 20.000 habitants pour créer une telle structure rend la réforme compliquée. "On ne parle plus tellement des intercommunalités", relève-t-il. Ses propos donnent du crédit au chiffre évoqué par Les Echos qui, jeudi, évaluaient entre 50 et 80 le nombre de départements qui seraient maintenus. Selon lui, les économies et la rationalisation qui étaient le but de cette réforme sont à trouver ailleurs : dans la suppression des quelque 14.000 syndicats d'initiative, dans le fonctionnement et le financement des projets. Voire dans des rapprochements : "Il y a une petite amorce de fusion des départements, parce que là, vous allez mutualiser beaucoup", dit-il. Une manière de prendre à contre-pied la réforme qui repose sur un symbole : la fusion des régions. Lire aussi : Dix milliards d'économies possibles avec la réforme territoriale ID:nL6N0RJ2EU (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.