1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En voiture Mauricette, ou le permis de conduire à 75 ans
Le Monde09/10/2019 à 12:15

Chaque semaine, Frédéric Potet sillonne la France pour relater les petits et grands événements. Dans le Cher, il a rencontré une septuagénaire qui vient d'obtenir, au bout de trois tentatives, le précieux papier rose.

Mauricette cherche une voiture à acheter. Un petit modèle, de type Citroën C1, avec boîte de vitesses automatique. D'occasion s'entend, et dans l'idéal de couleur rouge, sa teinte fétiche. Elle portait une robe vermillon le 1er août, le jour où elle a passé, et obtenu, son permis de conduire. C'est important le choix d'une première voiture quand on est une nouvelle conductrice. Qu'on ait 18 ans ou qu'on en ait 75, comme elle.

Née le 8 avril 1944 à Decazeville (Aveyron), Mauricette Cordelier a travaillé l'essentiel de son existence comme femme de ménage, à Bourges, où elle vit depuis l'âge de 21 ans. Elle a eu dix enfants, lesquels lui ont donné dix-huit petits-enfants - le 19e, un garçon, est attendu pour la fin de l'année. Elle est aussi deux fois arrière-grand-mère. Cela fait beaucoup de monde à voir quand les uns et les autres ne viennent pas toujours à vous.

Code du premier coup

Mauricette a décidé de passer son permis de conduire en 2017, à la mort de son compagnon, qui l'avait poussée à le faire, il y a presque trente ans. Quand les employés de l'auto-école des Gibjoncs, du nom d'un quartier populaire de Bourges, l'ont vu remplir un formulaire d'inscription, ils ont eu beau fouiller dans leur mémoire : jamais un(e) septuagénaire n'avait franchi leur porte jusque-là.

Elève appliquée, Mauricette a alors obtenu son code du premier coup. Pour la conduite, trois tentatives furent nécessaires. « J'ai pourtant oublié mon clignotant à deux reprises lors de l'épreuve. J'étais certaine d'avoir été recalée », raconte-t-elle dans le salon de son appartement à loyer modéré. L'examinateur lui attribuera la note de 22 sur 40.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer