1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En Tanzanie, les Masai sont rejetés hors de leurs terres au nom de la protection de la nature

Le Monde10/05/2018 à 06:37

Des Masai sur la partie assèchée du lac Manyara, dans le nord de la Tanzanie.

Un rapport du Oakland Institute dénonce des intimidations envers les éleveurs qui pâtissent de conflits fonciers et doivent céder la place aux touristes et aux chasseurs.

La région du Serengeti, au nord de la Tanzanie, est mondialement connue pour la richesse de sa faune sauvage, qui attire chaque année des milliers de touristes et de chasseurs. Cette terre est également, depuis toujours, celle des Masai, non moins célèbres éleveurs semi-nomades qui vivent entre le Kenya et la Tanzanie.

Dans son rapport Perdre le Serengeti, la terre Masai qui devait durer pour toujours, publié jeudi 10 mai, le Oakland Institute s'alarme des conflits générés par la compétition autour de l'usage de cette vaste plaine. Le think-tank californien, qui travaille notamment sur les conflits fonciers, a mené trois ans de recherches sur la zone de Loliondo, au nord-est du Serengeti.

Sa conclusion : un long processus entamé à l'époque coloniale a provoqué une limitation drastique des terrains accessibles aux Masai. Une tendance renforcée par le tourisme, avec le développement d'aires protégées (le parc national du Serengeti n'est plus habitable depuis les années 1950), de zones réservées aux safaris ou aux lodges, contrôlées par l'Etat ou par des sociétés privées et qui n'offrent plus assez de surface aux Masai pour faire paître leur troupeau ou cultiver des parcelles de terres, affirme-t-il.

La faim, les maladies, un climat de peur « L'accès à leur terre ancestrale rétrécit encore et encore, au lieu que leurs droits sur elle soit reconnus par le cadre légal », déplore la fondatrice et directrice exécutive du Oakland Institute, Anuradha Mittal. Elle souligne par aille...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer